Venezuela: Maduro lance une monnaie virtuelle contre le «blocus» américain

Le président socialiste vénézuélien Nicolas Maduro a annoncé ce dimanche 3 décembre la création du « Petro ». Cette monnaie virtuelle sera basée sur les réserves de pétrole du pays, pour lutter contre le « blocus financier » des Etats-Unis.

Dans son émission télévisée et radiophonique hebdomadaire, Nicolas Maduro a annoncé la mise en place d’un « nouveau système de crypto-monnaie basé sur ses réserves pétrolières ». Son nom : le « Petro ». Une mesure qui permettrait au Venezuela, selon le chef d’Etat, de « progresser en matière de souveraineté monétaire pour procéder à ses transactions financières malgré le blocus financier ».

Outre le pétrole – dont le Venezuela détient les réserves les plus importantes de la planète – cette nouvelle monnaie virtuelle sera basée sur le gaz, les stocks d’or et de diamants, a indiqué le président. « Cela nous permettra d’avancer vers de nouvelles formes de financement international pour le développement économique et social du pays », a déclaré le président vénézuélien.

« Je vous annonce la création d’un nouveau système de «crypto-monnaie» basé sur les réserves pétrolières. Le Venezuela va créer une «cryptomonnaie», la «pétro-monnaie», le PETRO. Pour avancer en matière de souveraineté monétaire, et procéder à ses transactions financières et défaire, vaincre le blocus financier. Cela nous permettra d’obtenir de nouvelles formes de financement international pour le développement économique et social du pays. Nous le ferons avec l’émission d’une crypto-monnaie qui s’appuiera sur les réserves de nos richesses nationales : l’or, le pétrole, le gaz et les diamants. Le Venezuela annonce donc la création de sa cryptomonnaie ».Nicolas Maduro annonce la création d’une «cryptomonnaie», le «Petro»

Dettes et pénuries

Mis en difficulté par la chute des cours du pétrole, dont il tire 96% de ses devises, sanctionné par les agences de notation, le pays est acculé à restructurer une dette extérieure estimée à environ 150 milliards de dollars par certains experts, alors que sa population souffre déjà de graves pénuries d’aliments et de médicaments, faute d’argent pour les importer.

Le Venezuela et la compagnie pétrolière d’Etat PDVSA sont déjà considérés comme étant en défaut de paiement partiel par plusieurs agences de notation. Face à cela, Caracas accuse Washington de « persécution financière », après les nouvelles sanctions économiques imposées fin août par Donald Trump.

Source: RFI

Pin It on Pinterest