Tous les meneurs des troubles en milieu scolaire seront « radiés et traduits en justice »

Tous les meneurs des troubles réclamant des congés anticipés de Noel, deux semaines avant la date officielle du 22 décembre, identifiés par les chefs d’établissements, seront « radiés et traduits en justice », a fait savoir mardi, la ministre en charge de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, Kandia Camara.

La ministre Kandia Camara a professé cette menace, lors d’une rencontre, au Centre national des matériels scolaires, avec l’ensemble de la communauté éducative, en présence de sa collègue Mariatou Koné, en charge du portefeuille de la Solidarité, de la Femme et de la Protection de l’enfant.

Non seulement, ces meneurs seront exclus du système éducatif ivoirien mais aussi ceux qui ne répondront pas présents, ce mercredi matin, seront « considérés comme tel », a-t-elle pointé après avoir indiqué qu’elle a donné des instructions pour que la reprise des cours soit effective ce mercredi en dépit de « rumeurs » selon lesquels les perturbations se poursuivraient.

Selon un état des lieux de l’Inspecteur général Ibrahima Kourouma, des perturbations ont été enregistrées sur l’ensemble du territoire lundi et mardi et pourraient se poursuivre mercredi.

« Il est temps d’assumer vos responsabilités en ramenant vos enfants sur le droit chemin pour qu’ils ne vous reprochent pas d’avoir hypothéqué leur avenir en cédant à leurs caprices de jeunesse », a conseillé aux parents, Pr Mariatou Koné, qui a rappelé que l’Etat « fait sa part » qui est le prolongement de l’éducation qu’ils doivent prodiguer à leurs enfants à la maison.

Avant cette rencontre, principalement avec les parents d’élèves, la ministre Kandia Camara avait décrié la gravité de la situation qui perturbe le calendrier scolaire, le quantum horaire et qui pourrait éventuellement dégénérer.

Des élèves de certains établissements scolaires et « des individus qui n’ont rien à voir avec l’école » perturbent les cours depuis lundi, par des méthodes violentes et barbares par endroits, exprimant leur désir d’aller en congé de Noël avant la date officielle du 22 décembre 2017, déplore le ministère.

Source: AIP

Pin It on Pinterest