Tour de France 2019: premier sacre du jeune patron Egan Bernal

La 21e et ultime étape de ce Tour de France 2019 fou a été remportée au sprint par Caleb Ewan (Lotto-Soudal). Et le maillot jaune est pour Egan Bernal, premier Colombien à s’adjuger la Grande Boucle et plus jeune vainqueur de la course en période après-guerre. Le grimpeur d’Ineos tutoie les sommets à seulement 22 ans, et c’est parti pour durer.

Clap de fin pour ce cru 2019 du Tour de France. Après trois semaines intenses et parfois folles, les 155 coureurs encore en lice (contre 176 lors du coup d’envoi donné le 6 juillet) se sont élancés, ce dimanche 28 juillet, sur la 21e et dernière étape, entre Rambouillet et les Champs-Élysées de Paris, comme le veut la coutume. Une ultime course qui s’est terminée en soirée et non pas en fin d’après-midi, afin de célébrer les 100 ans du maillot jaune, la tunique du leader.

Pas de surprise ce dimanche dans le peloton. Bien protégé par ses coéquipiers d’Ineos (ex-Sky), le leader Egan Bernal n’a pas été inquiété et a suivi le rythme tout en savourant son sacre à venir. La victoire finale de cette étape si prestigieuse s’est jouée au sprint, comme d’habitude. Et le dernier mot est revenu à l’Australien Caleb Ewan (Lotto-Soudal), premier à franchir la ligne d’arrivée sur la célèbre avenue parisienne.

Bernal n’a pas perdu de temps

Ce Tour 2019 restera comme la première victoire majeure d’un jeune homme qu’on s’attend à voir engloutir les podiums et les titres dans les années à venir. Phénomène de précocité, Egan Bernal était déjà présenté comme la future terreur du circuit en 2018, quand il rejoignait l’écurie Sky/Ineos et gagnait, à 21 ans, le Tour de Californie. Plus jeune coureur aligné sur le Tour de France 2018, il contribuait au sacre de son coéquipier Geraint Thomas et prenait rendez-vous.

Le rendez-vous a été honoré de fort belle manière et sans retard. Après avoir laissé le Français Julian Alaphilippe faire le show pendant 14 étapes, Egan Bernal a surgi lors de la deuxième des trois étapes dans les Alpes. Le Tricolore, exténué et à bout de forces, n’a pas résisté. Personne, en fait, n’a pu répondre au coup de boutoir du Colombien lors de cette 19e étape interrompue par les éléments. Au moment opportun, Bernal a fait la différence, suscitant l’admiration de son coéquipier et prédécesseur Geraint Thomas, bien forcé d’admettre la supériorité du jeune sud-américain.

22 ans et demi et déjà au sommet… en attendant encore plus
Egan Bernal entre dans l’histoire en étant le premier Colombien à s’imposer sur le Tour de France. Il n’a signé aucune victoire d’étape (seuls sept autres vainqueurs du Tour partagent cette caractéristique), mais cela ne l’a pas empêché d’être au top dans les montagnes. En l’absence de Christopher Froome, blessé et forfait, la Grande Boucle avait besoin d’un nouveau patron. On attendait Geraint Thomas, lauréat 2018 et leader d’Ineos ; on a eu son jeune équipier Egan Bernal.

A 22 ans, 6 mois et 13 jours, le natif de Zipaquira, commune non loin de Bogota, est le plus jeune vainqueur du Tour de France en période après-guerre (le record restant absolu reste la propriété du Français Henri Cornet, âgé de 19 ans lors de sa victoire de 1904). Le Colombien prend encore une fois rendez-vous ; on peut, sans prendre trop de risques, parier qu’on le reverra briguer le maillot jaune dans les prochaines années, ainsi que le maillot rouge du Tour d’Espagne et le maillot rose du Tour d’Italie.

Prix de la combativité pour Alaphilippe, maillot à pois pour Bardet
Impossible de clore ce Tour 2019 sans évoquer le Français Julian Alaphilippe, qui a tant donné pendant des semaines. Sorti du podium à l’avant-dernière étape, le coureur de Deceuninck-Quick Step se voit récompenser avec le prix de la combativité. Egan Bernal, en plus du maillot jaune, remporte aussi le maillot blanc en tant que meilleur jeune de moins de 25 ans.
Le maillot vert du vainqueur par points revient au Slovaque Peter Sagan (Bora-Hansgrohe). C’est son 7e maillot vert, nouveau record en la matière devant les 6 de l’Allemand Erik Zabel. Le Français Romain Bardet (AG2R La Mondiale) termine avec le maillot à pois de meilleur grimpeur. Et au classement par équipes, la victoire revient à Movistar.

Le classement final
1. Egan Bernal (Colombie/Ineos) en 82 heures 57 minutes
2. Geraint Thomas (Grande-Bretagne/Ineos) à 1’11
3. Steven Kruijswijk (Pays-Bas/Jumbo-Visma) 1’31
4. Emanuel Buchmann (Allemagne/Bora-Hansgrohe) 1’56
5. Julian Alaphilippe (France/Deceuninck-Quick Step) 4’05
6. Mikel Landa (Espagne/MovistarV) 4’23
7. Rigoberto Uran (Colombie/EF Education First) 5’15
8. Nairo Quintana (Colombie/Movistar) 5’30
9. Alejandro Valverde (Espagne/Movistar) 6’12
10. Warren Barguil (France/Arkéa-Samsic) 7’32

Source: RFI

Pin It on Pinterest