Syrie: le groupe EI chassé de la rive occidentale de l’Euphrate, selon l’OSDH

En Syrie, les jihadistes du groupe Etat islamique ont été chassés de la stratégique rive occidentale de l’Euphrate par les troupes progouvernementales, a rapporté ce jeudi l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH).

Les forces soutenues par la Russie, alliée du régime de Damas, combattaient les jihadistes sur la rive occidentale du fleuve qui coupe en diagonal la province de Deir Ezzor, tandis que les forces soutenues par les Etats-Unis luttaient contre l’EI sur la rive orientale.

Après plusieurs mois de combats contre les jihadistes, les forces progouvernementales contrôlent désormais la moitié de la province pétrolière, a souligné l’OSDH, jeudi.

« Les forces prorégime tiennent la moitié ouest de la province, allant de Maadane (nord-ouest) jusqu’à la frontière irakienne », précise l’ONG, assurant que « Daech [acronyme arabe de l’EI] n’avait plus de présence sur la rive occidentale du fleuve ».

Annonce similaire de Sana

Citant une source militaire, l’agence de presse officielle Sana a de son côté indiqué mercredi soir que les troupes gouvernementales et les forces qui leur sont alliées avaient capturé une vingtaine de localités et villages dans la zone.

« Les troupes de l’armée syrienne, en coordination avec des forces alliées, ont pris le contrôle du bassin de l’Euphrate à Deir Ezzor, après avoir éliminé les derniers terroristes de Daech dans le secteur », a rapporté Sana.

L’annonce est survenue quelques jours après qu’une puissante milice kurde de Syrie a dit avoir enregistré des avancées importantes face à l’EI sur la rive orientale du fleuve.

Allié du gouvernement syrien, la Russie a néanmoins soutenu les deux offensives de Deir Ezzor, à l’est et à l’ouest du fleuve, par des frappes aériennes.

Trois ans après avoir conquis de vastes territoires en Syrie et en Irak, l’EI a vu son « califat » s’effondrer à la suite de multiples offensives le visant dans les deux pays voisins. En Syrie,le groupe jihadiste a notamment perdu sa « capitale » Raqqa en octobre. Mais l’OSDH souligne que l’EI tient encore quelques poches sur le territoire syrien.

Source: AFP

Pin It on Pinterest