Oeufs contaminés au Fipronil: le scandale s’étend, l’Europe de l’est touchée

Des millions d’œufs en provenance des Pays-Bas ont été contaminés par le Fipronil, un insecticide pourtant interdit dans le traitement d’animaux destinés à l’alimentation. Le scandale, dénoncé par la Belgique fin juillet 2017, prend de l’ampleur et divise les Européens. Des tonnes d’œufs ont été saisis dans plusieurs pays de l’UE, tandis que des arrestations et des perquisitions ont eu lieu ce jeudi au Pays-Bas et en Belgique. Ce jeudi soir, le Danemark annonce que vingt tonnes d’œufs contaminés ont été vendus dans le pays.

L’enquête sur la fraude à l’origine de la contamination de millions d’œufs en Europe par le Fripronil, un insecticide du géant allemand de l’industrie chimique Basf, se précise.

En Belgique, pas moins de onze perquisitions ont ciblé plusieurs entreprises le jeudi 9 août 2017, lors d’une opération concertée avec les Pays-Bas. Elles ont abouti à l’arrestation de deux dirigeants de ChickFriend, entreprise chargée de la désinfection dans les élevages néerlandais. Dès le mois de juillet, 6000 litres de Fibronil auraient été saisis chez Poultry-Vision- le pendant belge de ChickFriend – à l’origine du scandale. Son dirigeant a été entendu mais laissé en liberté.

La Roumanie atteinte à son tour

Ce jeudi 9 août toujours, la Roumanie a annoncé avoir découvert dans un entrepôt de l’ouest du pays une tonne de jaunes d’œufs contaminés au Fipronil, en provenance d’Allemagne. Cette découverte, une première en Europe de l’Est depuis l’éclatement du scandale, portait à neuf le nombre de pays européens où la présence d’œufs contaminés est attestée jusqu’à présent, avant que le Danemark, ne vienne rejoindre la liste ce jeudi soir : vingt tonnes d’œufs contaminés y ont été vendus. Dans la soirée, la Slovaquie a annoncé être à son tour atteinte.

Le Royaume-Uni, qui avait jusque-là affirmé n’être que marginalement touché, a lui aussi annoncé ce jeudi que 700 000 œufs contaminés avaient été importés pour être utilisés dans la fabrication de produits alimentaires, notamment la garniture de sandwichs et autres produits réfrigérés. Onze de ces mets ont désormais été retirés des rayons de certains supermarchés britanniques tels que Sainsbury’s, Morrisons, Waitrose ou encore Asda.

L’autorité britannique de sécurité alimentaire se veut néanmoins rassurante et déclare que ce chiffre de 700 000 œufs ne représente que 0,007 % de ceux mangés au Royaume-Uni chaque année. Il est donc « très peu probable que ces œufs posent un risque pour la santé publique puisque de nombreux œufs contaminés ont été mélangés avec d’autres ne provenant pas d’élevages affectés, de sorte que les résidus de fipronil sont fortement dilués ».

Les Pays-Bas accusés

La Belgique accuse les autorités sanitaires néerlandaises d’avoir eu connaissance du scandale dès novembre 2016 et d’avoir omis d’en informer les pays voisins. Des accusations réfutées par les Pays-Bas. Quoiqu’il en soit, depuis que les Belges ont dénoncé le scandale, des dizaines de millions d’œufs ont été retirés de la vente en Belgique, en Allemagne – le pays le plus affecté – et dans une moindre mesure en France et dans d’autres pays européens.

Le Fipronil, considéré par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) comme « modérément toxique » pour l’homme, est dangereux pour les reins, le foie et la thyroïde s’il est absorbé en grande quantité. Les faibles concentrations mesurées dans les oeufs contaminés rendent toutefois le risque d’empoisonnement très faible. Son utilisation est interdite sur les animaux destinés à la chaîne alimentaire dans l’Union européenne, mais reste courante dans de nombreux produits antiparasitaires pour animaux de compagnie.

Source: RFI

Pin It on Pinterest