Mondial 2019: les Pays-Bas sortent la Suède dans la douleur

Dans un match qui a parfois ressemblé à un voyage au bout de l’ennui, les Pays-Bas se sont qualifiés pour la première finale de la Coupe du monde féminine de leur histoire. Elles ont battu la Suède après prolongation (1-0) et affronteront les Etats-Unis dimanche pour le titre mondial.

Ce sont donc les Pays-Bas, valeur montante du football féminin, champions d’Europe en titre, qui auront l’honneur d’affronter les Etats-Unis, dimanche à Lyon, en finale de la Coupe du monde féminine de football 2019. Les Néerlandaises se sont qualifiées mercredi 3 juillet, dans la capitale des Gaules, dans un stade qui n’avait pas fait le plein et où l’orange dominait très nettement, en battant la Suède à l’issue d’un match cadenassé.

Soyons honnêtes, sans la fanfare des supporteurs néerlandais placée en virage nord, le match aurait paru plus long encore. Ses airs étaient nettement plus entraînants que le jeu proposé par les deux équipes.
La rencontre commence au petit trot. On est loin du rythme endiablé de la vielle, entre les Etats-Unis et l’Angleterre. Il faut attendre la 13e minute et un tir repoussé de la Suédoise Blackstenius bien décalée sur la droite de la surface adverse pour connaître un premier frisson. Dans les tribunes, le public entame une ola à la fin du premier quart d’heure de jeu. Il faut bien s’occuper…

Petit à petit, les Suédoises prennent l’ascendant sur les Néerlandaises, lesquelles en profitent pour démontrer leur solidité défensive. Tout au moins jusqu’à la 36e minute, lorsqu’un dégagement raté de la gardienne néerlandaise Veenendaal sur un centre de Jakobsson entraîne deux corners qui mettent la pression sur la cage batave. L’action se conclut par une frappe du pointu de Rubensson repoussé du pied par Veenendaal. La première période s’achève dans une certaine apathie. Parmi les explications, on peut avancer le temps très lourd qui règne sur Lyon : 29 degrés au coup d’envoi, à 21 heures.

On touche du bois
A la reprise, si les Pays-Bas reviennent avec de meilleures intentions, ce sont les Suédoises, par Fischer, qui manquent d’ouvrir la marque en plaçant un tir croisé à ras de terre sur le poteau (56e). Le match s’emballe un peu, au point que Niedema, peu à son avantage depuis le début, place une belle tête sur corner que la gardienne suédoise Lindahl dévie du bout des doigts sur la barre transversale.

Puis le match retombe dans la léthargie. On assiste à un festival d’imprécisions. A la 88e minute, un coup franc d’Ericsson fait frémir le public mais le tir de la Suédoise passe de peu au dessus du but batave. Tout comme une tentative dans un angle fermé de Van de Sanden, dévié par Lindahl en corner, réanime le peuple orange des tribunes.
Comme une évidence, la prolongation s’invite. Et une allumette s’enflamme. Elle n’est pas suédoise. Sur un ballon récupéré par le milieu néerlandais dans l’axe, c’est Groenen qui s’avance, arme une frappe puissante du pied droit et bat Lindahl (1-0, 99e).
Pour la Suède, il y aura encore un lot de consolation à aller chercher : la troisième place qu’elles disputeront samedi à Nice face à l’Angleterre. Pour les Pays-Bas, le rendez-vous de dimanche, en finale, s’annonce compliqué au vu du niveau de jeu proposé ce soir. Et cela sans compter la fatigue d’une prolongation jouée par temps lourd et un jour de repos de moins… Les Oranje auront-elles encore du jus ?

Source: RFI

Pin It on Pinterest