L’Ethiopie nie le massacre d’Aksoum, à rebours des rapports indépendants

L’Ethiopie nie toujours tout massacre de civils à Aksoum au Tigré. Ce lundi, le procureur adjoint a affirmé que la grande majorité de personnes tuées fin novembre à Aksoum étaient des combattants, et non des civils.

Les autorités ont présenté leurs premières conclusions officielles, contredisant plusieurs rapports indépendants évoquant un massacre de centaines de personnes commis par des soldats érythréens. Lors d’une conférence de presse, le procureur général adjoint Fikadu Tsega a déclaré que les Érythréens ont tué 93 personnes dans d' »intenses combats » contre des forces loyales au Front de libération du peuple du Tigré (TPLF), parti qui dirigeait jusqu’à récemment la région.

« Il a été établi que la grande majorité de ceux tués lors dudit incident, bien qu’ils n’étaient pas en uniforme, étaient des membres des forces du TPLF qui combattaient les forces érythréennes. Ces forces du TPLF sont ensuite retournées dans la ville et ont attaqué les civils dans les rues. D’après notre enquête, 93 personnes ont été tuées au cours de ces combats », a déclaré Fikadu Tsega. Plus de 1 500 jeunes habitants d’Aksoum ont reçu du TPLF un entraînement au maniement des armes dans les jours qui ont précédé l’incident afin de « mener des combats urbains », a-t-il ajouté.

Soldats érythréens
Cette affirmation du procureur prend à rebours les rapports d’Amnesty International, de Human Rights Watch et de la Commission éthiopienne des Droits de l’Homme. Selon cette dernière instance, plus d’une centaine de civils non-armés ont été exécutés par des soldats venus d’Érythrée. Une présence sur le sol éthiopien nié pendant plusieurs mois par le gouvernement fédéral.

Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a lancé le 4 novembre 2020 une opération militaire contre les autorités du Tigré, issues du TPLF, qu’il accuse d’avoir attaqué deux bases de l’armée fédérale dans la région. Il avait promis que les combats seraient brefs, mais ces derniers perdurent et de nombreuses voix se sont élevées pour alarmer sur la situation humanitaire au Tigré.

Après des mois de déni, le gouvernement a reconnu la présence sur place, aux côtés de l’armée, de troupes érythréennes puis a semblé admettre qu’elles ont été impliquées dans des atrocités – ce que dément Asmara.

Source: AfricaNews

Pin It on Pinterest