Les contrats d’assurance santé déficitaires de 43 milliards Fcfa

Les contrats d’assurance maladie, en Côte d’Ivoire, connaissent un déficit structurel de l’ordre de 43 milliards Fcfa sur les 11 dernières années, selon M. Mamadou Koné, le président de l’Association des sociétés des assurances de Côte d’Ivoire (ASA-CI).

M. Mamadou Koné s’exprimait, mardi, à l’ouverture des travaux des états généraux de l’assurance maladie en Côte d’Ivoire, visant à dresser une feuille de route nationale pour un développement harmonieux du secteur.

« Plusieurs études ont montré ces dernières années que les contrats d’assurance maladie sont déficitaires; les contrats se caractérisent par un déficit structurel qui est de l’ordre de 43 milliards Fcfa sur les 11 dernières années », a indiqué M. Mamadou Koné.

De ce fait, dira-t-il, l’assurance santé fait l’objet de nombreuses interrogations portant tant sur son équilibre à long terme que sur sa capacité à s’étendre à la grande majorité de la population ivoirienne.

Aujourd’hui, certains établissements hospitaliers publics ou privés ayant fourni des soins à des assurés dans le cadre du tiers payant, éprouvent des difficultés à se faire rembourser dans les délais convenus.

En outre, d’autres prestataires de soins n’ont d’ailleurs jamais été remboursés en raison de la mise en liquidation de certaines compagnies d’assurance ou des difficultés de certains organismes de gestion du risque maladie.

Le ministre de l’Emploi et de la protection sociale, Adama Kamara, a invité les acteurs du secteur à « l’optimisation de la gouvernance pour améliorer la soutenabilité financière, tout en développant de nouveaux services » avec un accès aux soins et médicaments de qualité.

M. Adama Kamara a rappelé que, de par la loi instituant la Couverture maladie universelle (CMU), tous les systèmes existants de couverture maladie dans le pays, deviennent des couvertures complémentaires.

La souscription à un contrat d’assurance maladie, en Côte d’Ivoire, est subordonnée à la filiation préalable de la Couverture maladie universelle. Le ministre de l’Emploi et de la protection sociale a insisté sur la mise en oeuvre effective de cette disposition.

Selon M. Adama Kamara, « 3,2 millions personnes ont été enrôlées à la Couverture maladie universelle. Il s’agit en majorité de primo assurés, des personnes disposant pour la première fois d’une couverture maladie universelle dans notre pays ».

Le directeur de cabinet adjoint, Vassogbo Bamba, représentant le ministre de l’Économie et des finances, a fait savoir que les primes émises par la branche d’assurance maladie sont passées de 45,5 milliards Fcfa en 2016 à 75 milliards Fcfa en 2020, soit une évolution de 65%.

Sur la même période, les prestations sont passées de 32 milliards Fcfa en 2016 à 52,5 milliards Fcfa en 2020, soit une progression de 64%. Mais, malgré ce bond, la grande majorité des populations reste sans couverture maladie universelle.

Mme Marie Chantal Assouan, conseiller technique, représentant le ministre de la Santé, de l’hygiène publique et de la couverture maladie universelle, a assuré que le ministère attend les résultats afin de s’impliquer davantage dans la bonne gouvernance du secteur.

Soumis aux exigences prudentielles édictées par le Code CIMA (Conférence interafricaine des marchés d’assurance), les assureurs s’emploient à négocier tous les postes de charges qui permettent de dégager des marges techniques à l’équilibres des contrats.

Ces assises qui se tiennent du 16 au 19 novembre 2021, tableront sur les questions liées à la prise en charge des assurés dans le cadre du tiers payant, dans l’optique d’assurer le développement de l’assurance maladie et sa rentabilité à long terme pour l’ensemble des parties prenantes de l’écosystème.

Source: APA

Pin It on Pinterest