Le Venezuela loin de pouvoir faire face en cas d’épidémie de coronavirus

Au Venezuela, l’angoisse monte à mesure que le coronavirus se répand progressivement sur le continent latino-américain. Aucun cas n’a pour l’instant été diagnostiqué, mais le pays n’est pas prêt à faire face à l’épidémie entre les différentes pénuries et l’état catastrophique des hôpitaux.

Jorge, un sexagénaire, sort d’une pharmacie avec deux masques, un pour lui, l’autre pour sa femme. Le vieil homme ne cache pas son inquiétude, et la crise que traverse le Venezuela n’aide pas : « Ici par exemple il y a beaucoup de problèmes d’eau. Sachant qu’il n’y a pas assez d’eau pour boire, comment veux-tu que l’on se lave tout le temps les mains comme on devrait le faire dans ce genre de situation. »

Pénuries de nourritures et de médicaments

Si l’on rajoute les pénuries de nourriture et de médicaments, le Venezuela n’a clairement pas les ressources pour gérer des confinements et une prévention adéquate. Certains pharmaciens des quartiers chics de Caracas ont tout de même pris les devants.

« Nous avons le matériel nécessaire comme les masques ou le gel antibactérien, ce sont des produits qu’on a importés des États-Unis. Ce qui m’inquiète, c’est l’état des hôpitaux, surtout les publics. Ils ne pourront pas faire face à cette épidémie. »

Par exemple, plus de la moitié des hôpitaux n’ont pas de masques ou encore les deux tiers n’ont accès à l’eau que deux fois par semaine. Des chiffres compilés par le docteur Julio Castro selon qui 80 % des hôpitaux vénézuéliens ne respectent aucun des critères de préparation requis par l’OMS face au coronavirus.

« Il y a un instrument de l’Université John Hopkins qui classe tous les pays en fonction de leur préparation face aux maladies infectieuses. Le classement a 195 pays et nous sommes 178e. » Déjà rongé par la malaria, la rougeole et la diphtérie, le Venezuela se retrouve bien désarmé pour faire face au coronavirus.

Source: RFI

Pin It on Pinterest