La Poste de Côte d’Ivoire: Les dirigeants entendent en 2018 faire redécoller l’entreprise

Les responsables ont dévoilé leurs ambitions pour la nouvelle année à l’occasion de la traditionnelle cérémonie de présentation des vœux du nouvel an.

Conforter La Poste de Côte d’Ivoire dans son statut de « maison du citoyen et de coursier de l’État ». C’est ce à quoi les dirigeants de l’entreprise publique – avec à leur tête Denis Kah Zion, président du Conseil d’administration – entendent s’atteler tout au long de l’année 2018.

Au siège du patronat où il s’exprimait le 17 janvier, à la faveur de la cérémonie de présentation des vœux du nouvel an, le Pca s’est félicité de ce que plusieurs chantiers dans le cadre de la restructuration de la société ont été mis en œuvre en 2017, dont l’effectivité du partenariat avec la Banque de Dakar (BDK Financial Group) dans le sens d’un renforcement de l’inclusion financière à travers le mobile banking.

Tout en invitant le personnel à garder à l’esprit le rendez-vous de l’organisation du congrès de l’Union postale universelle (Upu) en 2020 par la Côte d’Ivoire, Denis Kah Zion a salué le travail abattu par la direction générale soutenue par les syndicats. Il s’est également dit convaincu que l’État joue sa partition, notamment concernant l’adressage des rues et quartiers pour faciliter le travail des postiers.

Le satisfecit quant à la bonne santé de l’entreprise a aussi été souligné par le directeur général, Isaac Gnamba. « Donnée pour morte, il y a quelques années, La Poste de Côte d’Ivoire revit. Mieux, elle existe et est en train de retrouver progressivement la place qu’elle n’aurait jamais dû perdre », a-t-il déclaré.

Au dire d’Isaac Gnamba, cette embellie doit beaucoup au plan de restructuration en cours, notamment la politique de départ volontaire, le rajeunissement des effectifs, l’amélioration des compétences, le renforcement des capacités opérationnelles par la mise en place d’une plateforme logistique.

Le Dg n’a pas manqué de citer la mise en place d’une solution mobile money propre à la société, de transferts de fonds, de micro-épargne et de tontine (Térétéré). Fort de toutes ces actions, il a indiqué : « Notre institution est, bien entendu, l’un des principaux piliers sur lesquels le gouvernement devra bâtir sa politique d’atteinte des objectifs du développement durable ».

Source: Fraternité matin

Pin It on Pinterest