La légalisation du cannabis au Canada, quelles répercussions?

Au Canada, à quelques mois de la légalisation du cannabis, l’organisme national de statistiques cherche à évaluer quelles seront les répercussions économiques et sociales de ce bouleversement. Des producteurs en achètent d’autres, les offres d’emploi se multiplient dans le secteur, une étude lève le voile sur cette industrie prometteuse.

De notre correspondante,

L’an dernier, près de cinq millions de Canadiens ont dépensé en moyenne 785 euros pour se procurer du cannabis. C’est ce que révèle un sondage en ligne de Statistique Canada, l’organisme statistique national du Canada. On se retrouve donc avec un marché de quatre milliards d’euros. Cela reste toutefois une estimation.

Le cannabis récréatif, une manne financière

Au Canada, on peut déjà se procurer de la marijuana pour des fins thérapeutiques, médicinales, mais ce n’est pas encore légal. Ce qu’il faut retenir des derniers chiffres de Statistique Canada, c’est que plus de 90% des dépenses ont été consacrées à l’achat de cannabis à des fins non-médicinales, c’est à dire des achats au marché noir. Là, on parle de 4 milliards d’euros, mais les plus optimistes avancent 15 milliards d’euros d’ici 5 ans ! Autre fait intéressant, si les Canadiens consomment de plus en plus du cannabis produit localement, les ventes de ce cannabis à l’étranger ont beaucoup progressé et risquent de progresser encore plus une fois que le tout sera légalisé.

Beaucoup d’argent en jeu

Il n’y a pas une semaine au Canada où on ne parle pas de ce sujet, ou de transactions majeures dans le secteur. Les producteurs voient grands, le marché est en ébullition. Deux transactions importantes à retenir: celle d’Aurora Cannabis qui a acquis CanniMed Therapeutics pour 718 millions d’euros et Aphria qui a acquis Nuuvera pour 542 millions d’euros. Ces annonces ne sont pas surprenantes. Tout le monde s’organise pour prendre le contrôle du cannabis récréatif. La légalisation est proche, et dans le monde entier aussi il y a des bouleversements dans le domaine. Autre exemple, une grande entreprise de tomates en serre est en train de tuer tous ses plants pour se reconvertir dans la marijuana.

L’industrie du pot attire aussi les politiques

Les offres d’emploi se multiplient dans l’industrie. Les postes varient de la culture aux ventes, au marketing. C’est vaste…. les entreprises recherchent particulièrement des gens d’expérience, surtout pour ce qui est de la production. Où peuvent-elles les trouver? Chez les personnes qui travaillent dans des serres ou celles qui produisent pour le marché noir. Autre répercussion non négligeable, l’intérêt de la classe politique pour ce marché juteux. Un ancien ministre de la Santé est lié à « l’industrie du pot », comme on dit au Canada. Trois étaient déjà recensés, et qui s’ajoutent à une liste importante d’anciens hommes politiques qui se dirigent dans l’industrie du cannabis.

Source: RFI

Pin It on Pinterest