Inde: grève des médecins contre une loi promouvant la médecine traditionnelle

Plus de 300 000 docteurs étaient en grève, mardi 2 janvier, en Inde, soit plus d’un tiers de la profession, pour protester contre un projet de loi du gouvernement. Celui-ci pourrait permettre aux médecins traditionnels de prescrire des médicaments allopathiques alors qu’ils n’ont pas la formation suffisante pour cela. Le gouvernement a cherché à apaiser cette grogne et assuré que les discussions allaient se poursuivre à l’Assemblée avant un vote.

Des patients agglutinés sur les marches des hôpitaux en attendant de voir un docteur, alors que les médecins en robe blanche sont rassemblés, dehors, pour dénoncer la réforme du gouvernement.

Ces scènes se sont reproduites du nord au sud de l’Inde. Ce sont principalement les hôpitaux privés qui ont été touchés, certains pendant douze heures d’affilée ce mardi.

L’Association médicale indienne dénonce le projet de loi en discussion à la chambre basse qui doit permettre à des guérisseurs traditionnels, diplômés de médecine ayurveda par exemple, de prescrire des médicaments allopathiques après un cours express de deux ans. Certains seraient même capables de pratiquer des actes de chirurgie.

Le gouvernement pousse cette réforme afin d’augmenter le nombre de médecins, dans un pays qui compte un docteur pour 1 600 habitants, soit quasiment deux fois moins que ce qui est recommandé par l’OMS.

De manière générale, les nationalistes hindous au pouvoir avancent régulièrement que les pratiques ancestrales doivent être considérées comme scientifiques, allant jusqu’à considérer les miracles de la mythologie hindoue comme des faits historiques.

Source: RFI

Pin It on Pinterest