Hong Kong: une domestique battue reçoit 100.000 dollars de dommages et intérêts

La justice hongkongaise a ordonné ce jeudi 21 décembre à une mère de famille de 46 ans, déjà condamnée à six ans de prison en 2015, de verser à son ancienne employée de maison plus de 100 000 dollars, soit la totalité des dommages et intérêts que la victime réclamait. L’affaire de cette domestique réduite en esclavage avait fait grand bruit et mis en lumière le sort que partagent des centaines de milliers de femmes à travers le monde.

C’est une grande victoire pour Erwiana Sulistya-ningsih, cette jeune Indonésienne âgée aujourd’hui de 25 ans, qui depuis deux ans demandait réparation devant la justice pour le traitement inhumain et dégradant subi en tant qu’employée de maison dans une famille Hongkongaise.

Il faut dire que la domestique avait enduré un véritable calvaire. Sa patronne, avait déjà été condamnée en 2015 à six ans de prison pour coups, blessures aggravées et menaces.

Erwiana avait alors raconté avec force détails, les coups, les privations de nourriture, les courtes nuits de sommeil et d’autres mauvais traitements, jusqu’au jour où elle réussit à prendre la fuite et à rejoindre l’île de Java.

Hong Kong compte environ 300 000 domestiques, venues pour la plupart des Philippines et d’Indonésie. Ces femmes isolées sont généralement mieux protégées que dans d’autres pays d’Asie du Sud ou du Moyen-Orient, même si elles dépendent beaucoup de leur employeur.

Ceux qui défendent leurs droits souhaiteraient voir abolir la disposition qui oblige les employeurs à héberger leur domestique. Cela pourrait protéger les victimes d’éventuels employeurs abusifs.

Source: RFI

Pin It on Pinterest