Côte d’Ivoire: l’armée présente ses «excuses» pour les mutineries de 2017

L’armée ivoirienne a présenté jeudi 4 janvier ses « excuses » à la nation pour les mutineries qui ont ébranlé le pays en 2017. Un mea-culpa fait par la voix de son chef d’état-major lors d’une cérémonie de présentation des vœux à la présidence ivoirienne. Par deux fois l’année dernière, en janvier et en mai, des militaires ivoiriens se sont mutinés pour réclamer le paiement de primes, paralysant le pays sorti en 2011 d’une longue crise politico-militaire.
Les mutineries « ont remis en cause le fondement de notre armée », « eu de graves conséquences économiques et sociales » et « terni l’image » du pays, a déclaré le général Sékou Touré.

Face au président ivoirien et un parterre de hauts gradés, le chef d’état-major des armées a assuré que la grande muette avait « tiré les leçons » de ces mouvements d’humeur : « Excellence, je voudrais non seulement vous faire part du profond regret et de la grande amertume des forces de défense et de sécurité pour ces actes incompréhensibles, mais surtout présenter solennellement, à vous personnellement et à la nation tout entière, nos sincères excuses. (…) l’armée se consacrera désormais à son devoir, uniquement à son devoir. »

« L’armée doit cesser d’être un problème », a ajouté le général Touré, promettant de redorer son blason. En réponse, le président Alassane Ouattara a promis de poursuivre la loi de programmation militaire lancée en 2016 et qui vise à restructurer l’armée et la professionnaliser.

« Je suis très optimiste », a par la suite réagi le ministre de la Défense Hamed Bakayoko, interrogé par la presse. « C’était bon qu’il présente ces regrets au nom des forces (armées) et qu’il s’engage à faire en sorte que l’armée devienne une armée réconciliée avec l’opinion, réconciliée avec elle-même. (…) Ce que je peux vous dire, quelles que soient les préoccupations, nous avons demandé à nos hommes de les traiter dans le cadre de la hiérarchie et nous n’allons pas tolérer l’indiscipline. »

Il n’y aura « pas de mutineries en 2018 », a-t-il promis.

Source: RFI

Pin It on Pinterest