Venezuela: l’opposition mobilisée pour la grève et la «prise de Caracas»

Au Venezuela, l’opposition appelle à une grève générale de 48 heures à partir de ce mercredi. Son objectif est de contraindre le président Nicolas Maduro à retirer son projet d’Assemblée nationale constituante dont l’élection est fixée au 30 juillet car l’opposition considère qu’il s’agit d’une «fraude à la Constitution». Cela fait presque quatre mois qu’elle manifeste contre le gouvernement chaviste et depuis le début des protestations, plus de 100 personnes ont été tuées. Semaine tendue et décisive donc avant le scrutin de la Constituante prévu ce dimanche. Le temps presse pour l’opposition, et la grève prévue ce mercredi et jeudi fait partie des moyens d’actions de «l’heure zéro» appelée par l’opposition.

Le vice-président de l’Assemblée nationale a annoncé la couleur ce mardi soir appelant les Vénézuéliens « à tout donner ». L’enjeu : tout faire pour augmenter la pression sur le président Maduro à quatre jours de l’élection de la Constituante prévue ce dimanche.

L’opposition avait prévenu, annonçant « une semaine qui exigera beaucoup de résistance spirituelle, personnelle et physique ». Après la grève de jeudi dernier, l’opposition persiste et signe avec cette fois-ci avec un mot d’ordre de deux jours de grève qui démarre ce mercredi à 6h locale.

En prévision de la grève, les Vénézuéliens essayaient mardi de remplir les réfrigérateurs, une opération parfois compliquée dans un pays qui connaît des pénuries alimentaires depuis trois ans. « Ça va être une grève de deux jours, j’imagine qu’on va tous la suivre ! J’ai des choses sucrées pour les gamins, des légumes… Il n’y a pas de viande et pour la farine, je l’achèterai chez les revendeurs », témoigne une femme rencontrée dans un supermarché.

Après la grève, la « prise de Caracas »

De très nombreuses centrales syndicales ont d’ores et déjà annoncé qu’elles soutenaient le mouvement de grève, à commencer par la Confédération des Travailleurs du Venezuela. L’un des principaux syndicats du pays a en effet assuré que « la grève de 48 heures sera un succès total et que les employés du secteur public accompagneront le mouvement de grève ».

Vendredi, la tension ne baissera pas puisque l’opposition a lancé un ultimatum au gouvernement avec une manifestation et un slogan, La Toma de Caracas (La prise de Caracas), avant de nouvelles actions le jour du scrutin si le gouvernement ne cède pas.

En face, le président, lui, résiste. Ce mardi, Nicolas Maduro a une nouvelle fois exhorté « le peuple vénézuélien à aller voter ce dimanche pour mettre en place la Constituante ».

Source: RFI

Pin It on Pinterest