Venezuela: l’opposant Guaido maintient la pression sur Maduro

Une nouvelle semaine tendue s’ouvre au Venezuela. L’opposant Juan Guaido, reconnu comme président par intérim par une cinquantaine de pays, a convoqué une nouvelle grande mobilisation mardi. Mais c’est surtout au travers de l’aide humanitaire, bloquée en Colombie, que la pression va s’exercer sur le président Maduro tout au long de la semaine.

Avec notre correspondant à Caracas, Benjamin Delille

Juan Guaido a une nouvelle fois mis la pression sur les militaires ce dimanche, à la veille d’une semaine décisive. Selon lui, empêcher l’aide humanitaire d’entrer au Venezuela est un crime contre l’humanité. L’opposant affirme que les militaires se convertissent en « quasi-génocidaires », par action en réprimant les manifestations, et par omission en bloquant la frontière.

Depuis mardi dernier, le pont de Tienditas entre la Colombie et le Venezuela a été fermé pas les autorités. Nicolas Maduro estime que l’aide humanitaire qui est arrivé jeudi à Cucuta est un prétexte pour une intervention militaire américaine. Il nie la crise humanitaire que traverse son pays et appelle les Etats-Unis à lever les sanctions pour sortir du marasme économique.

On ne sait pas encore comment l’aide humanitaire va passer, mais cela devrait se jouer cette semaine. En attendant, des sacs de riz, de lentilles et des caisses de médicaments, entre autres, sont stockés dans des hangars à Cucuta.

Pression sur les soldats

La manifestation de mardi s’annonce elle particulièrement suivie à San Antonio de Tachira, du côté vénézuélien de la frontière. Les habitants entendent mettre une pression maximale sur les centaines de soldats qui ont été envoyés sur place pour renforcer le blocage.

D’autres points de tensions devraient apparaître cette semaine : Juan Guaido a annoncé l’arrivée d’autres chargements d’aide humanitaire au Brésil et sur une île des Caraïbes dans les jours qui viennent.

■ Réfugiés vénézuéliens : « La condition de vulnérabilité est au plus fort »

Au-delà de la crise politique, le Venezuela subit depuis plusieurs années une forte crise économique. Les habitants continuent de fuir le pays par milliers

« On estime que plus ou moins 5 000 Vénézuéliens continuent à sortir du pays chaque jour, par rapport aux chiffres du gouvernement »Olga Sarrado, Porte-parole du Haut-Commissariat de l’ONU aux réfugiés en charge du Venezuela.

Source: RFI

Please follow and like us:
error

Pin It on Pinterest