Venezuela: de nombreuses interrogations après l’attaque du Tribunal suprême

Au Venezuela, les suites de l’attaque à l’hélicoptère dénoncée par les autorités contre le Tribunal suprême de justice et du Ministère de l’Intérieur: l’appareil a été retrouvé ce mercredi après-midi dans l’Etat de Vargas, au nord du pays, mais sans aucune présence du pilote qui est donc toujours en fuite. Selon les autorités, le suspect est Oscar Perez, un inspecteur de la police scientifique. Une disparition et un profil qui génèrent des questions ou des doutes chez beaucoup de Vénézuéliens.

Si la version officielle accuse Oscar Perez « d’avoir des contacts avec la CIA ainsi que l’ambassade américaine à Caracas », d’autres éléments, concernant le profil de l’inspecteur de la police scientifique recherché, suscitent des interrogations parmi les Vénézuéliens.

Sur son compte Instagram, des photos insolites pour un policier de ce grade le montrent par exemple faisant du cheval ou de la plongée. Et fait peut-être encore plus marquant, Oscar Perez a aussi été acteur dans un film tourné en 2015.

Quant au mode opératoire, là aussi les questions se multiplient. Certains spécialistes des questions militaires pointent notamment du doigt l’absence de réactions immédiates d’unités militaires terrestres et aériennes lorsque l’hélicoptère s’est approché des institutions.

Autant d’éléments qui suscitent des doutes chez les détracteurs de Nicolas Maduro. Le président de l’Assemblée nationale a affirmé que « cela ressemble à un film. Il y a des gens qui disent que c’est un coup monté, d’autres que c’est vrai ».

Un « psychopathe »

En face, le camp chaviste a fait bloc ce mercredi dans les médias. Le ministre de l’Intérieur a confirmé qu’un mandat d’arrêt avait été lancé contre Oscar Perez tandis que le ministre des Affaires étrangères a, lui, condamné l’acte « d’un psychopathe ». Avant de rejeter toutes hypothèses qui parlent notamment d’un « montage » ou d’un acte commis par un « agent infiltré » du gouvernement.

« Il ne faut pas exagérer les craintes d’un coup d’Etat militaire… »Eduardo Rios,Chercheur associé au Centre de recherches internationales de Sciences Po Paris.

Source: RFI

Pin It on Pinterest