Valéry Giscard d’Estaing: qui était président français mort à 94 ans

Valéry Giscard d’Estaing, président de la France de 1974 à 1981, est décédé à l’âge de 94 ans.

Il est mort de complications dues au coronavirus, entouré de sa famille dans sa propriété du centre de la France.

Homme politique de centre-droit et pro-européen, Giscard d’Estaing a également libéralisé les lois sur le divorce, l’avortement et la contraception pendant ses sept années au pouvoir.

Le président Emmanuel Macron déclare que sa présidence avait transformé la France et que sa direction guidait toujours son chemin.

“Serviteur de l’Etat, homme politique de progrès et de liberté, sa mort a plongé la nation française dans le deuil”, indique un communiqué.

La famille du défunt président annonce que ses funérailles se dérouleront dans une “stricte intimité”.

Une longue carrière politique

Giscard d’Estaing aimait se présenter comme le grand vieux de la politique française.

Étant l’un des plus jeunes présidents de France – il avait 48 ans lorsqu’il est arrivé au pouvoir -, il a eu une carrière politique plus longue après avoir quitté ses hautes fonctions que celle qu’il avait connue en allant à l’Élysée.

Il a été considéré par beaucoup comme arrogant et distant ; sa popularité présidentielle a été de courte durée et il a finalement été évincé du pouvoir par un renforcement de l’opposition de gauche et de droite.

Il a également été pris dans un scandale concernant son soutien à un dictateur africain corrompu.

Valéry Marie René Georges Giscard d’Estaing est né le 2 février 1926 à Coblence, dans ce qui était alors l’Allemagne occupée par la France.

Son père était un fonctionnaire qui travaillait pour les forces d’occupation françaises, tandis que sa mère est une descendante du roi de France Louis XV par l’intermédiaire d’une de ses maîtresses.

L’éducation de Giscard d’Estaing a été perturbée par la Seconde Guerre mondiale. Il n’est qu’un adolescent lorsqu’il rejoint un groupe de résistance français dans le Paris occupé avant de s’engager dans un bataillon de chars en 1944, ce qui lui vaut la Croix de Guerre dans les derniers mois de la guerre.

Il a travaillé pendant un certain temps comme enseignant à Montréal avant d’obtenir son diplôme de l’École nationale d’administration et de rejoindre le service des impôts et des taxes.

En 1955, il a passé quelque temps dans l’état-major du Premier ministre Edgar Faure avant de gagner le siège du Puy-de-Dôme à l’Assemblée nationale, région d’où est originaire la famille de sa mère.

Il est devenu secrétaire d’État aux finances en 1959, poste qu’il a occupé pendant près de quatre ans jusqu’à ce que son parti rompe avec les gaullistes au pouvoir avec lesquels ils étaient en coalition. Cependant, Giscard d’Estaing refuse de quitter le gouvernement et fonde les Républicains indépendants, qui s’allient aux gaullistes majoritaires.

Il est limogé du gouvernement en 1966, mais, en tant que président de la commission de l’Assemblée nationale chargée de contrôler les finances du pays, il reste une voix puissante, de plus en plus critique à l’égard du gouvernement De Gaulle.

Renvoyé par les gaullistes en 1968, il a pris sa revanche en soutenant Georges Pompidou lors des élections présidentielles de 1969, à la suite desquelles il a été reconduit au ministère des Finances.

À la mort soudaine de Pompidou en 1974, Giscard d’Estaing annonce qu’il se présentera au Palais de l’Élysée, se présentant comme une alternative moderne et modérée au conservatisme austère du gaullisme.

Peine de mort
Il réussit à obtenir le soutien du centre tout en profitant des divisions entre les gaullistes, dont certains – notamment Jacques Chirac – annoncent leur soutien à Giscard d’Estaing comme le seul espoir de vaincre la gauche.

Giscard d’Estaing a battu de justesse le socialiste François Mitterrand au second tour avec seulement 50,7% des voix, devenant ainsi le troisième plus jeune président de l’histoire de France.

Après des années de stagnation gaulliste, il a fait connaître ses intentions : “vous voulez un changement politique profond, un changement économique profond et un changement social profond. Vous ne serez pas déçus”, disait-il.

Dans son pays, il a procédé à plusieurs réformes au début de son mandat. L’âge de vote a été abaissé de 21 à 18 ans, tandis que les lois sur le divorce et l’avortement ont été assouplies, malgré l’opposition farouche de l’Église catholique.

Il a également fait adopter des lois sur l’égalité des salaires et des chances pour les femmes, a réduit l’âge de la retraite à 60 ans et a permis à Paris d’élire son propre maire.

Bien qu’il ait exprimé son opposition à la peine de mort, il a refusé de commuer trois des condamnations à mort prononcées pendant son mandat, et la dernière utilisation de la guillotine en France a eu lieu en 1977.

Passionné de technologie, Giscard d’Estaing était un fervent défenseur du réseau français de trains à grande vitesse, le TGV, dont la construction a commencé sérieusement en 1976.

Il a également soutenu avec enthousiasme la volonté d’accroître la dépendance de la France à l’égard de l’énergie nucléaire, après la crise pétrolière de 1973.

Programme d’austérité
Giscard d’Estaing était attaché à l’idéal européen et a développé une relation étroite avec le Chancelier allemand Helmut Schmidt. Ensemble, ils ont concrétisé leur rêve d’une Europe plus intégrée.

Sa principale contribution a été la formation du Conseil européen en 1974 – réunissant les chefs d’État de tous les pays membres – qui, en 1979, a fait avancer un système monétaire européen.

Cependant, ses réformes internes ont inquiété ses alliés politiques plus conservateurs, Jacques Chirac ayant démissionné de son poste de Premier ministre en 1976. Son successeur, Raymond Barre, a mis en place un programme d’austérité et le chômage a commencé à augmenter.

La droite remporte la majorité aux élections de la coalition de 1978 et Giscard d’Estaing réagit en fondant l’Union pour la démocratie française (UDF).

La popularité de Giscard d’Estaing commence à diminuer. Sa réputation est ternie après qu’il a été accusé d’avoir accepté un cadeau de diamants de l’autoproclamé empereur de la République centrafricaine, Jean-Bedel Bokassa.

Le régime dictatorial brutal de Bokassa avait reçu un grand soutien du gouvernement français, Giscard d’Estaing ayant déclaré en 1975 qu’il était un “ami et un membre de la famille” de Bokassa.

La France a joué un rôle majeur dans la somptueuse cérémonie de couronnement de Bokassa en 1977, qui a coûté plus que le produit intérieur brut annuel de ce pays pauvre.

En 1979, le magazine satirique français Le Canard enchaîné affirme que Giscard d’Estaing avait reçu les diamants en 1973, alors qu’il était ministre des finances.

Obscurité politique
Son explication initiale selon laquelle il les avait vendus et donné le produit de la vente à un certain nombre d’organisations caritatives a été mise à mal lorsque l’un des bénéficiaires présumés, la Croix-Rouge, a nié avoir reçu des fonds.

Giscard d’Estaing a perdu l’élection présidentielle de 1981 face à François Mitterrand. Il se classe devant Chirac au premier tour, mais le fait que Chirac n’ait pas appelé ses partisans à soutenir Giscard d’Estaing au second tour a creusé le fossé entre les anciens alliés.

Par la suite, il s’est installé dans son cœur politique – l’Auvergne, région du centre de la France – et s’est régulièrement exprimé dans les journaux et à la télévision sur l’état de la nation.

Sa position nationale s’est tellement dégradée qu’il est connu comme “Monsieur Ex” dans les milieux politiques parisiens.

Ses espoirs de devenir Premier ministre sous Mitterrand en 1986 ont été anéantis et il a refusé de soutenir l’un ou l’autre des candidats de droite aux élections présidentielles de 1988.

Entre 1989 et 1993, il a été membre du Parlement européen et semblait destiné à finir ses jours dans l’obscurité politique.

Mais, en 2002, il revient sur le devant de la scène lorsqu’il est choisi pour diriger la convention chargée d’élaborer une constitution pour l’Union européenne

Sa sélection pour ce poste a été le résultat d’un lobbying intensif du président français Jacques Chirac, qui aurait insisté sur ce point lors du sommet de l’UE dans la ville belge de Laeken en décembre 2001.

Un profond embarras
Beaucoup ont critiqué le choix d’un homme de la fin des années 70 pour un travail destiné à rapprocher l’UE des citoyens, et surtout des jeunes.

Des critiques ont également été formulées à l’encontre des demandes de Giscard d’Estaing, qui aurait exigé un salaire de plus de 20 000 euros par mois, plus les frais. Il aurait demandé une suite de chambres de luxe dans un hôtel bruxellois pendant un an et un personnel privé trié sur le volet.

Cependant, il a nié qu’il était cupide. “C’est simplement que les choses doivent être confortables”, déclare au journal Le Monde.

En 2004, les chefs d’État européens ont signé une Constitution européenne qui s’inspire principalement des travaux de la convention de Giscard d’Estaing.

Un an plus tard, et au grand embarras de Giscard d’Estaing, la Constitution est rejetée par le peuple français. Il s’est ensuite plaint que “le rejet du traité constitutionnel par les électeurs français était une erreur qu’il fallait corriger”.

En 2005, son frère et lui ont acheté le château d’Estaing, dans l’Aveyron, qui appartenait auparavant à l’amiral d’Estaing. La famille de Giscard d’Estaing n’avait aucun lien direct avec le défunt officier de marine et de nombreuses critiques ont été formulées sur le fait qu’il essayait d’acheter sa place dans la noblesse.

En 2009, il a publié un roman sur une relation entre un président français fictif et la princesse de Cardiff fictive. Cela a conduit à la spéculation selon laquelle il était basé sur une relation entre Giscard d’Estaing et Diana, princesse de Galles, bien qu’il ait finalement versé de l’eau froide sur ces suggestions.

Plus tôt cette année, il a été accusé d’avoir tripoté un journaliste allemand lors d’une interview en 2018 – accusations qu’il a niées.

Valery Giscard d’Estaing était une sorte d’énigme. Intellectuellement doué, il n’avait pas la touche commune et n’est jamais devenu populaire auprès des Français.

Son approche résolue d’une plus grande intégration européenne n’était pas du goût de tous et sa nature distante l’amenait souvent à se brouiller avec ses alliés.

Amèrement déçu que la Grande-Bretagne ait décidé de quitter l’Union européenne en 2016, il a décrit cette décision comme un “pas en arrière”. Mais l’architecte enthousiaste de l’Union européenne est maintenant âgé de quatre-vingt-dix ans. Il se sentait, disait-il, enclin à adopter une vision à long terme.

“Nous avons fonctionné sans la Grande-Bretagne pendant les premières années de l’Union européenne”, déclarait-il, en haussant les épaules. “Nous allons donc redécouvrir une situation que nous avons déjà connue.”

Source: BBC Afrique

Pin It on Pinterest