Trump vire James Comey, patron du FBI, en pleine enquête sur les liens russes

Le président des Etats-Unis Donald Trump a limogé le patron du FBI James Comey, qui dirige l’enquête sur les liens éventuels entre l’équipe de campagne du républicain et la Russie, accusée d’ingérence dans la dernière élection présidentielle. L’information a été divulguée mardi par la Maison Blanche, qui précise que la recherche d’un nouveau directeur pour la police fédérale débute « immédiatement ».

« Le FBI est l’une des institutions les plus respectées de notre pays et aujourd’hui marquera un nouveau départ pour l’agence-phare de notre appareil judiciaire », a indiqué Donald Trump dans un communiqué. Un courrier a été envoyé au principal intéressé, lui signifiant qu’il était démis de ses fonctions avec « effet immédiat ».

« Si j’ai apprécié que vous m’ayez informé, en trois occasions distinctes, que je ne faisais pas l’objet d’une enquête, je suis cependant d’accord avec l’analyse du ministère de la Justice selon lequel vous n’êtes pas capable de diriger de manière efficace le Bureau », indique Donald Trump dans cette lettre.

Le licenciement de Comey a eu lieu sur recommandation du procureur général (ministre de la Justice) Jeff Sessions et de son adjoint Rod Rosenstein, selon le porte-parole de la Maison Blanche Sean Spicer.

Ancien vice-ministre de la Justice
Plus tôt dans la journée de mardi, le FBI avait informé le Congrès d’erreurs dans le témoignage livré par Comey la semaine dernière au sujet de l’enquête rouverte peu avant l’élection sur les emails privés d’Hillary Clinton, la candidate démocrate.

Le patron de la police fédérale avait défendu devant des membres du Sénat sa gestion de l’affaire, qui selon Hillary Clinton a finalement contribué à sa défaite face à Trump. James Comey a alors évoqué la découverte de « centaines et milliers » de courriers électroniques transmis à l’ex-époux d’une collaboratrice d’Hillary Clinton, dont certains contenant « des informations classifiées ».

Ces affirmations n’étaient pas correctes ou suffisamment précises, a précisé le FBI aux sénateurs plus d’une semaine après le témoignage: seul un petit nombre des mails découverts et liés à la ré-ouverture de l’enquête proviennent réellement d’un envoi de la collaboratrice.

Ex-procureur fédéral et ancien vice-ministre de la Justice, James Comey, 56 ans, a longtemps été encarté chez les républicains mais il avait été nommé par l’ancien président démocrate Barack Obama à son poste actuel. Le 20 janvier, Donald Trump lui avait demandé de rester en fonction.

Source: RTBF avec Belga

Pin It on Pinterest