Trois ans de prison pour avoir battu son enfant de 30 mois

Pour avoir régulièrement frappé à coups de ceinture et de bâton un enfant de deux ans et demi, une femme et son concubin ont été condamné à 36 et 24 mois de prison.

Une femme et son compagnon ont été condamnés à 36 et 24 mois de prison pour avoir régulièrement battu un enfant de 30 mois, à Toulouse, comme le révèle La Dépêche

Jugé devant le tribunal correctionnel de Toulouse, la mère de l’enfant et son concubin semblait ne pas prendre conscience de la gravité des faits reprochés. La femme a avoué avoir régulièrement frappé son enfant à coups de bâton ou de ceinture, de janvier à mai, occasionnant de graves lésions chez le nourrisson: « Avec votre concubin, vous êtes accusés de violences sur votre enfant âgé de 30 mois », martèle le président du tribunal.

« Vous confondez dressage et éducation »

C’est un voisin du couple installé à Toulouse qui a alerté les services d’aides à l’enfance, après avoir entendu l’enfant pleurer de nombreuses fois, « de manière inhabituelle ». Régulièrement, la femme battait son enfant avec une ceinture, un bâton et parfois même une tringle à rideaux. Son concubin a reconnu avoir également porté des coups. Les prévenus n’ont pas donné d’explications aux coups répétés, la mère affirmant seulement n’avoir « pas su gérer son enfant » et avoir « manqué de patience ».

La procureure a décrit un « univers carcéral où les coups été réitérés tous les deux ou trois jours. Dans l’appartement il n’y avait aucun jouet. Et l’enfant dormait sur le canapé puisque sa mère avait jeté son matelas après qu’il ait mouillé son lit », a t-elle ajouté. « Vous confondez dressage et éducation », a lancé la magistrate à la prévenue avant de requérir 30 mois de prison.

Le tribunal est allé au-delà des réquisitions, condamnant la mère à 36 mois de prison dont 18 mois assortis d’un sursis avec mise à l’épreuve. Son concubin à lui été condamné à 24 mois de prison dont 18 mois assortis d’un sursis avec mise à l’épreuve. Ils ont été incarcérés à la suite de leur comparution.

Source: BFMTV

Pin It on Pinterest