Tchad: les victimes des atrocités du régime d’Hissène Habré se souviennent

Il y a 30 ans, le samedi 1er décembre 1990, Idriss Déby prenait le pouvoir au Tchad après la fuite de son prédécesseur, Hissène Habré, chassé par le Mouvement patriotique du salut. On découvrait alors les atrocités du régime Habré, qui a duré près de huit ans : quelques 40 000 morts, selon une commission d’enquête diligentée par les nouvelles autorités. À l’époque, de nombreux prisonniers ont également retrouvé la liberté. RFI a rencontré quelques-uns de ces prisonniers sortis des geôles d’Hissène Habré.

Dans la dernière semaine du mois de novembre 1990, l’ambiance a brutalement changé aux « Locaux », la plus meurtrière des prisons d’Hissène Habré. Mahamat Moussa avait 21 ans. Emprisonné depuis deux ans, il était en charge de la cuisine des prisonniers. Il se souvient des derniers jours : « Depuis lundi, on n’avait plus de nourriture. De mardi à vendredi, les gardiens sont partis à la prière de 13 heures. Et ils sont partis pour de bon. »

 

Pin It on Pinterest