Soubré: la Coalition Namané pour la réduction des grossesses en milieu scolaire

A la faveur de la Journée internationale des droits de la femme célébrée le 8 mars 2017, la Coalition Namané de la Nawa, une Ong qui plaide pour l’effectivité du droit à la santé sexuelle et reproductive des jeunes et des adolescents, a tenu un point de presse à la salle de mariages de la mairie de Soubré.

Créée en novembre 2016, la Coalition Namané (qui signifie ‘’prenons conscience’’ en langue locale bété) est un regroupement d’Ong, d’associations, de religieux, de clubs de santé, d’élèves et de parents d’élèves. Elle lutte pour un accès gratuit des contraceptifs aux jeunes et adolescents, en vue de réduire le nombre de grossesses non désirées à l’école et même dans la vie sociale.

«L’un des dangers qui guettent nos enfants est le phénomène de grossesses non désirées. Ces grossesses précoces tuent nos filles, notamment quand elles ont recours aux avortements à risques. Elles les détournent de la voie de l’école et de la réussite sociale et participent à faire perdurer le cycle de la pauvreté. Les conséquences sont nombreuses», a déploré la coordonnatrice de la coalition, Mme Oupoh Bernadette.

Selon elle, en 2013, 185 cas de grossesses en milieu scolaire ont été enregistrés à Soubré. En 2016, 111 cas ont été déclarés par les services du médico-scolaire de Soubré. L’âge de ces filles oscille entre 13 et 15 ans. « Ces chiffres concernent les écoles et celles qui n’ont pas pu se faire avorter clandestinement. Si l’on veut connaître les vrais chiffres, je pense qu’on peut les multiplier par 2 ou 3 », a souligné la coordonnatrice de l’Ong.

En partenariat avec l’Ong internationale Médecins du monde, la Coalition Namané s’est fixée plusieurs objectifs en vue de réduire au mieux les grossesses des jeunes filles.

Pour cette année 2017, elle envisage amener le préfet à vulgariser les textes réglementaires en matière de détournement de mineurs et grossesses non désirées à l’école ; obtenir des autorités locales un engagement en faveur de la disponibilité des services de planning familial dans les établissements scolaires disposant d’une infirmerie ; amener le directeur départemental de la santé de Soubré à rendre effective l’offre des contraceptifs sur l’ensemble du territoire du district ; amener les autorités à offrir les services et produits gratuitement aux populations de 13 à 18 ans.

BRIGITTE P. N’GUESSAN
CORRESPONDANTE RÉGIONALE

Source: Fraternité Matin

Pin It on Pinterest