Sidaction 2019: des promesses de dons en hausse par rapport à 2018

Vingt-cinq années après sa première édition, le Sidaction 2019, événement caritatif relayé à la télévision et à la radio ce week-end, s’est achevé le dimanche 7 avril au soir sur un bilan de 4,5 millions d’euros de promesses de dons. Un chiffre en hausse par rapport à 2018, ont annoncé les organisateurs.

« Dans un contexte économique parfois tendu pour la population et de baisse des dons aux associations, le public a été particulièrement engagé à l’occasion des 25 ans » du Sidaction, a indiqué Florence Thune, directrice générale de Sidaction, qui a évoqué un « succès populaire ». Le nombre de dons par SMS a atteint un record, a-t-elle encore relevé. Par ailleurs, « Cette édition a de nouveau été marquée par un don exceptionnel d’un grand donateur », a indiqué l’association de lutte contre le sida, sans en préciser le montant. Il y a 25 ans, le premier Sidaction, le 7 avril 1994, avait permis d’engranger 45 millions d’euros, récoltés pendant neuf heures de direct à la télévision. Depuis 2012, il y a une « stabilité globale de la collecte aux environs de 4 millions d’euros », précise l’association. En 2018, le Sidaction avait récolté 4,4 millions de promesses de dons, et ce, déjà notamment grâce à « un don exceptionnel d’un grand donateur ».

« Le virus du sida est toujours là »

Le nombre de porteurs du virus du sida en France est évalué à environ 173 000. Selon des chiffres officiels, publiés fin mars, 6 400 personnes ont découvert leur séropositivité en France en 2017, un nombre qui ne baisse plus depuis plusieurs années. « Nous voulons rappeler que le virus du sida est toujours là et qu’il concerne les jeunes et les moins jeunes. Vingt-deux pour cent des nouveaux diagnostics de séropositivité concernent les plus de 50 ans », a déclaré à l’AFP Florence Thune. « Même cette génération qui a vécu cette période terrible des années 1980/1990 où les gens mourraient en nombre à cause du sida, a oublié que le VIH était toujours là », s’étonne la directrice générale de Sidaction.

Cela étant, l’association « met l’accent sur les jeunes car s’il sont contaminés à 20 ans, ils devront prendre des traitements à vie », en l’état actuel de la médecine, relève-t-elle encore. Si les traitements par trithérapie permettent aujourd’hui de rendre le virus indétectable et d’empêcher sa transmission, on ne sait toujours pas l’éliminer de l’organisme. Donc, « si on veut mettre fin à l’épidémie, il faut financer la recherche », insistait Françoise Barré-Sinoussi, la présidente de Sidaction, juste avant le week-end.

Dons possibles toute l’année

« Beaucoup de personnes encore ne se font pas dépister et continuent à transmettre le virus aux autres », a-t-elle souligné samedi sur la radio Europe 1. « En France, on estime à 24 000 le nombre de personnes porteuses du virus et qui ne le savent pas », a ajouté la scientifique, codécouvreuse du virus au début des années 1980 et prix Nobel de médecine 2008. Les fonds collectés ce week-end seront reversés à des programmes de recherche et de soins et à des programmes associatifs de prise en charge et d’aide aux malades, en France et à l’international. Le numéro d’appel 110 (numéro gratuit) destiné à recueillir les dons du public reste ouvert jusqu’au 14 avril. Les dons sont possibles toute l’année par internet (sidaction.org) ou par courrier.

Source: RFI

Please follow and like us:

Pin It on Pinterest