Selon Oxfam, les inégalités dans le monde se sont encore creusées

C’est devenu un rendez-vous à la veille du Forum économique mondial (WEF, World Economic Forum) de Davos, qui se tient jusqu’à vendredi. Un forum qui chaque année rassemble dans cette petite station des Alpes suisses le gotha de l’économie et de la finance et où les personnalités politiques et de la société civile se bousculent. Une occasion en or pour l’ONG Oxfam de publier son rapport sur les inégalités dans le monde. Des inégalités, qui cette année encore se sont dangereusement creusées.

Les années passent et le constat d’Oxfam est décidément le même : les riches sont de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus nombreux à voir fondre leur faible pouvoir d’achat.

C’est ainsi qu’en 2018, la fortune des milliardaires à travers le monde a augmenté de 12%, cela représente 2,5 milliards de dollars de plus par jour. Au même moment, la richesse de la moitié la plus pauvre de la population mondiale, 3,8 milliards de personnes, a, elle, chuté de 11 %.

Conséquence : l’extrême pauvreté qui avait reculé ces dernières années repart à la hausse, notamment en Afrique subsaharienne. Et aujourd’hui encore près de 3,5 milliards de personnes vivent dans le monde avec moins de 5,5 dollars par jour.

Oubliés la crise et les engagements de lutter contre l’évasion fiscale, les multinationales ont cette année encore privé les pays pauvres de 100 milliards de dollars et d’autant de financements pour leur développement.

Des chiffres-chocs, Oxfam en à foison. L’ONG, pour qui le mouvement des « gilets jaunes » lancé en France, et qui s’étend désormais à d’autres pays, n’est que le reflet d’un rejet de ces inégalités devenues aujourd’hui bien trop criantes.

« L’augmentation des inégalités dans le monde a pour conséquence de voir l’extrême pauvreté regagner du terrain en Afrique subsaharienne. Ça montre l’urgence qu’il y a à réinvestir les services publics de base essentiels pour lutter contre la pauvreté. Et on a des exemples positifs en Afrique qui montrent ce caractère décisif des services publics. »Pauline Leclère, responsable de la campagne «Justice fiscale et inégalités» d’Oxfam France.

Contestation sociale

La France ne se distingue pas des autres pays. Bien au contraire, puisque l’augmentation du nombre de millionnaires a été l’une des plus importantes dans le monde, pointe Pauline Leclère, responsable de la campagne « Justice fiscale et inégalités » Oxfam France.

« La France a connu l’année dernière la progression la plus forte de millionnaires après les Etats-Unis. Et aujourd’hui, 8 milliardaires possèdent à eux seuls 30% des richesses de la France. »

Oxfam dénonce notamment la politique du président. « Emmanuel Macron ne manque pas une occasion de dénoncer l’accroissement des inégalités. Et pourtant, il continue à défendre une politique fiscale qui avantage en priorité les 1% les plus riches. »

« Aujourd’hui, face à la colère qui s’exprime, aux sentiments d’injustice fiscale, cette colère qui grandit en France par le mouvement des « gilets jaunes », part de ce constat des inégalités et c’est un appel à une redistribution des richesses, à des politiques plus justes, qui demandent à ceux qui ont plus de contribuer davantage. »

Source: RFI

Please follow and like us:

Pin It on Pinterest