Présidentielle: la gendarmerie ivoirienne appelle « au calme et à la retenue » suite à un conflit intercommunautaire à Dabou

Le commandant supérieur de la gendarmerie ivoirienne, le général de division Alexandre Apalo Touré, a appelé mercredi soir les populations de Dabou (à l’Ouest d’Abidjan) au « calme et à la retenue » à la suite d’un conflit intercommunautaire lié à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020 en Côte d’Ivoire, dans un communiqué.

Le général de division Alexandre Apalo, commandant supérieur de la gendarmerie nationale, s’est rendu à Dabou, ville située à une cinquantaine de kilomètres à l’ouest d’Abidjan, « pour appeler toutes les parties à la retenue et au calme » suite aux différentes échauffourées qui ont prévalues, du mardi 20 au mercredi 21 octobre 2020, dans la localité.

Au cours de sa présence à Dabou dans la soirée du mercredi 21 octobre 2020, de 17h à 21h (GMT, heure locale), le commandant supérieur de la gendarmerie nationale a eu notamment différents échanges avec les communautés Malinké et les autochtones Adjoukrou.

Après avoir écouté les différentes parties, l’officier supérieur a invité ces différentes communautés « au calme et à la retenue » et les a exhortés à réinstaurer le climat de paix et du parfait vivre ensemble connu dans le Leboutou en particulier.

Il les a en outre invité à faire preuve de « sagesse et de maturité » afin d’éviter tout conflit dont les conséquences sont désastreuses pour toute la nation, tout en leur demandant de ne pas « se fier aux rumeurs distillées intentionnellement sur les réseaux sociaux pour inciter les différentes communautés à se méfier désormais l’une de l’autre ».

Le commandant supérieur de la gendarmerie dès son arrivée a « réussi à ramener les différents belligérants à la table du dialogue pour des échanges productifs, notamment à Dabou et à Debrimou », poursuit le texte.

Des heurts sont signalés dans plusieurs localités du pays suite à l’appel à la désobéissance civile de l’opposition, qui demande à ses partisans d' »empêcher » l’opération du processus électoral, pour amener le gouvernement à discuter sur des points de désaccord avant le scrutin.

Source: APA

Pin It on Pinterest