Polynésie: les Samoa vont instaurer le christianisme comme religion d’Etat

Les îles Samoa vont devenir officiellement un État chrétien. Cet archipel océanien va bientôt inscrire dans sa Constitution que c’est « une nation chrétienne fondée sur Dieu le Père, le Fils et le Saint-Esprit ». Le Parlement a adopté un projet de loi en ce sens, au début du mois de juin.

Cette décision semble avant tout motivée par une certaine peur de l’islam. La religion musulmane pourrait représenter une « menace pour la stabilité de l’archipel dans le futur », estime le secrétaire général samoan du Conseil des Églises. Et pour le Premier ministre samoan, Tuilaepa Sailele, c’est le rôle du gouvernement de légiférer pour éviter toute tension religieuse.

Les Samoa sont pourtant loin, très loin, des pays en guerre actuellement. Et la population y est chrétienne à 99%. La communauté musulmane est toute petite, il n’y a qu’une mosquée et un centre islamique dans l’archipel.

Cette décision risque d’isoler les musulmans, mais aussi les hindous, les bouddhistes et les juifs, qui vivent aux Samoa. Il a même été question d’interdire l’entrée dans le pays aux personnes non-chrétiennes. Mais cette disposition n’a pas été retenue, et les députés affirment que la « liberté de culte » sera respectée.

Une question de souveraineté

Il faut préciser que les Samoa se présentaient déjà comme un « État basé sur les principes chrétiens ». La différence, c’est que cette phrase est inscrite dans le préambule et non dans le corps de la Constitution. « Ça fait plus de 50 ans qu’on se moque de Dieu en disant qu’on est un pays chrétien alors que ce n’est pas inscrit dans la Constitution », déclare le Premier ministre samoan.

Derrière cette modification, qui peut paraître anodine, il y a la question de la souveraineté du pays. Pour le député Leala, cela va permettre à l’archipel de ne pas se faire dicter des lois par la communauté internationale. « Si d’autres pays poussent les Samoa à adopter des lois telles que celle autorisant le mariage homosexuel, et bien on refusera en tant que pays chrétien », explique-t-il.

Cette situation rappelle les débats qui ont eu lieu aux Tonga voisines, il y a deux ans. Le royaume tongien a refusé de ratifier la convention des Nations unies sur l’élimination de toutes les formes de discrimination contre les femmes. L’archipel a estimé que la convention l’obligerait à renier ses traditions, à modifier ses lois sur l’avortement et sur la propriété foncière, notamment.

Influence historique des Eglises

Les Tonga, tout comme les îles Samoa, ont une histoire marquée par la colonisation et l’arrivée des missionnaires du XIXe siècle. Dans ces pays, les Églises ont un poids politique et financier important. Les fidèles reversent une partie de leur salaire aux institutions religieuses. On ne cesse de construire de nouvelles églises, de nouveaux temples et les Églises sont souvent associées à la gestion des affaires publiques.

Comme l’explique le chercheur Yannick Fer, le christianisme implanté par les missions est « désormais revendiqué comme un élément identitaire distinctif, face à des sociétés occidentales perçues comme déchristianisées ».

Les principes chrétiens sont un « élément fondateur des identités nationales de ces pays océaniens ». Les Églises protestantes ont ainsi participé aux luttes indépendantistes. Et en Polynésie française, l’Église protestante a mené la lutte contre les essais nucléaires français.

Source: RFI

Pin It on Pinterest