Nucléaire iranien: le président Rohani annonce de nouvelles mesures

Le président iranien Hassan Rohani a rejeté les critiques des pays européens et des Etats-Unis après que le stock d’uranium enrichi du pays a dépassé la limite autorisée, et a annoncé de nouvelles mesures dans les prochains jours.

Ignorant les avertissements des États-Unis et des autres signataires de l’accord de Vienne, le président iranien Hassan Rohani a déclaré ce mercredi qu’il mettrait à exécution dès dimanche sa menace d’enrichir l’uranium à un degré prohibé par l’accord. Par ce texte, Téhéran s’est engagé à ne jamais acquérir l’arme atomique et à brider son programme nucléaire en échange de la levée d’une partie des sanctions internationales.

Mais ce pacte est menacé depuis que Washington s’en est retiré en mai 2018 et a rétabli les sanctions contre la République islamique. Le 8 mai dernier, un an après ce retrait et lassé des promesses non tenues par les autres parties de garantir ses intérêts, Téhéran a annoncé qu’il ne se sentait plus tenu de respecter ses engagements. Il avait également donné 60 jours à ses partenaires pour l’aider à contourner les sanctions américaines.

Estimant n’avoir vu aucun progrès, Hassan Rohani a donc annoncé que son pays commencerait à mettre en œuvre à partir du 7 juillet la deuxième phase de son « plan de réduction » de ses engagements. « Autant que nous le voudrons, autant que nécessaire, autant que nos besoins l’imposent, nous (enrichirons) au-dessus de 3,67 % », a prévenu le président iranien, ajoutant que cette opération était réversible à tout moment si les autres partenaires répondaient à ses demandes. L’enrichissement d’uranium sert à des fins civils s’il ne dépasse pas les 20 %, mais au-delà de 90 % il peut servir pour la fabrication de l’arme atomique.

Hassan Rohani a également averti que l’Iran pourrait reprendre son projet de réacteur à eau lourde à Arak qui pourrait à terme « produire du plutonium », à moins que les autres parties tiennent toutes leurs engagements. « Nous resterons tenus par (l’accord de Vienne) tant que les autres parties y resteront tenues. Nous appliquerons 100 % (de l’accord) le jour où les autres parties agiront à 100 % », a ajouté le président iranien.

Lundi, le stock iranien d’uranium faiblement enrichi a dépassé le seuil autorisé de 300 kilos. Berlin, Londres, Paris et l’UE ont appelé Téhéran « à revenir sur sa décision et à s’abstenir de prendre de nous mesures qui affaibliraient » l’accord. Alors que les tensions entre l’Iran et les États-Unis s’accroissent depuis plusieurs semaines, le président américain Donald Trump a accusé son rival de « jouer avec le feu ».

Source: RFI

Pin It on Pinterest