Nouveaux pourparlers de paix pour mettre fin à la guerre en Syrie

Un nouveau cycle de négociations entre le régime de Damas et l’opposition débute ce mardi à Genève. Peu d’espoir pourtant d’obtenir le moindre résultat dans l’immédiat. Les discussions de Genève sous l’égide de l’ONU sont éclipsées par des pourparlers parallèles menés par la Russie, l’Iran et la Turquie, à Astana. L’émissaire de l’ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, semble pour l’heure la seule personne toujours convaincue de la réussite de ces pourparlers.

Eternel optimiste, Staffan de Mistura enchaîne les négociations inter-syriennes et répète inlassablement le même discours : « il y des résultats prometteurs ».

Pourtant, depuis un an, l’émissaire de l’ONU pour la Syrie a réuni à quatre reprises régime et opposition sans jamais obtenir le moindre résultat.

Seul fait notable peut-être, lors de la dernière réunion, les participants se sont mis d’accord pour discuter de quatre thèmes :

– Qui gouvernera la Syrie de demain ?
– La réforme constitutionnelle
– L’organisation d’élections libres
– La lutte contre le « terrorisme »

Si un dialogue direct est amorcé durant cette nouvelle session de dialogue, ce sera déjà une belle victoire. Dans le cas contraire, le diplomate de 70 ans habitué des missions difficiles, Staffan de Mistura, devra faire la navette, des va-et-vient entre le régime et l’opposition.

On le sait déjà, l’émissaire de l’ONU souhaite cette fois ci aborder des questions de fond. Son objectif : mettre un terme aux affrontements sur le terrain et en même temps accompagner cet arrêt des combats par des tractations sur l’avenir politique de la Syrie.

Source: RFI

Pin It on Pinterest