Migrants: Paris, Rome et Berlin s’accordent sur de nouvelles mesures

Comment lutter efficacement contre le flux migratoire qui arrive en Europe par la Méditerranée—? Alors que Rome vient d’alerter sur l’«énorme pression» exercée sur ses côtes, cette question était au centre des discussions durant la rencontre dimanche 2 juillet à Paris entre les ministres de l’Intérieur italien, français et allemand. Des propositions communes seront examinées à la prochaine réunion informelle du Conseil de l’UE qui se tiendra à Tallin jeudi 6 juillet.

L’Italie, l’Allemagne et la France veulent renforcer les stratégies de lutte contre les flux migratoires. Un communiqué du ministère de l’Intérieur français, diffusé ce lundi après la réunion tripartite annonce ce qui semble être un plan de route pour intensifier cette lutte.

Il s’agit d’appuyer le retour de migrants dans leurs pays d’origine, de rallonger l’aide à l’Organisation internationale des migrations (OIM) et au Haut-commissariat pour les réfugiés (HCR) pour améliorer les conditions dans les centres de détention en Libye et de renforcer le pouvoir des garde-côtes libyens récemment formés par l’Europe pour limiter ce flux en collaboration étroite et « améliorée » avec l’Italie.

Un « code de conduite » pour les ONG

Quant aux ONG actives en Méditerranée et dont l’action fait l’objet de polémiques en Italie depuis quelques mois, un code de conduite et une meilleure coordination avec les autorités italiennes doivent être mis en route pour améliorer le sauvetage en mer.

Concernant le Sud libyen, les trois pays envisagent d’appuyer l’examen d’options concrètes pour renforcer les contrôles à la frontière sud de la Libye, en coordination avec les pays voisins.

Selon le ministère des Affaires étrangères, une réunion à laquelle participera le ministre Jean-Yves Le Drian se tiendra à Rome le 6 juillet avec les pays de transit de migrants afin de gérer « collectivement et solidairement » le flux vers l’Europe.

Au total, 83 650 personnes sont arrivées en Italie par la mer depuis le début de l’année, soit une hausse de presque 20% par rapport à la même période l’année dernière. La plupart sont parties des côtes libyennes.

L’ONU a averti lundi que l’Italie ne peut pas continuer à absorber à elle seule les dizaines de milliers de migrants qui arrivent sur ses côtes. Elle réclame la mise en place d’un système pour le partage du « fardeau », selon l’expression d’un responsable onusien.

 

Source: RFI

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pin It on Pinterest