Macron construit son gouvernement dans le secret

Depuis son élection, Emmanuel Macron se fait rare médiatiquement. Au moment où le gouvernement, à la tête duquel il a placé Edouard Philippe, se forme, il se fait surtout taiseux.

Le nom du Premier ministre devait être dévoilé dans la matinée de ce lundi, puis à 14h30. C’est finalement à 15h passé que le secrétaire général de l’Elysée, Alexis Kohler, a énoncé que le nouveau pensionnaire de l’Hôtel Matignon serait Edouard Philippe, devant un parterre de journalistes maintenus jusqu’ici dans le flou et dans l’incertitude horaire.

Un exercice « jupitérien »

Quelques heures plus tard, à Berlin, où il accomplissait son premier déplacement à l’étranger de chef d’Etat, Emmanuel Macron a joué les mystérieux au moment où on l’interrogeait sur le profil du Premier ministre qu’il venait de choisir: « Nous prendrons dorénavant la discipline à l’étranger de ne pas parler de politique française », a ainsi répondu le chef de l’Etat à un journaliste français. Bien sûr, il s’agit là d’une coutume de la Ve République mais il est arrivé que cette règle ne soit pas observée, notamment lors des deux derniers quinquennats.

Le secret prolongé autour de la nomination d’Edouard Philippe et cette manière de botter en touche sur un sujet de politique nationale en terre étrangère tiennent à sa volonté d’avoir une approche « jupitérienne » de la fonction, c’est-à-dire un exercice plus solennel et distant de la présidence de la République. Cette conception l’amène à cultiver la discrétion.

Dans un article publié sur le site de L’Obs, Serge Raffy analyse ainsi cette posture, qu’il qualifie d' »anti-Hollande »: « Faire strictement l’inverse de son prédécesseur, garder la meute à distance, ne lui donner que le strict nécessaire, reprendre un lien direct avec le peuple, par une image contrôlée, imposée, et installer un principe en déshérence depuis François Mitterrand : la rareté. » Et aux journalistes d’en prendre leur parti: « Parler peu donc, ne pas donner de prise à notre profession, en mal de petites phrases, nous laisser en manque, si je puis dire, pour stimuler le désir », écrit encore Serge Raffy.

Une question d’ADN?

Les journalistes, c’est une chose mais les personnalités politiques en sont une autre, a fortiori les plus proches d’entre elles. Or, si rien ou presque ne filtre depuis l’entourage vers la presse ces jours-ci, selon Le Figaro, les nouvelles circulent peu aussi dans les premiers cercles du nouveau président de la République. Une personnalité, présentée dans l’article du quotidien comme « membre de l’équipe d’Emmanuel Macron », a ainsi assuré: « Même au QG, même les plus proches d’Emmanuel n’ont aucune idée de ce qui se trame. Cette culture du secret, c’est dans son ADN. Tant qu’une décision n’est pas arrêtée, on ne dit rien. »

Ces collaborateurs en sont réduits à guetter des « signes » pour y voir plus clair dans la composition du futur gouvernement. Celle-ci doit être annoncée ce mardi en fin de journée. A moins qu’Emmanuel Macron en décide autrement, dans le plus grand secret.

Source: BFMTV

Pin It on Pinterest