L’intolérance au lactose

Claire Hédon : Cette semaine, vous allez nous parler de l’intolérance au lactose.

Pour commencer pouvez-vous nous rappeler ce qu’est le lactose ?

Stéphane Besançon, nutritionniste et directeur de l’ONG Santé diabète au Mali

Le lactose est un sucre complexe constitué par l’assemblage de deux sucres simples : le glucose et le galactose. Lorsqu’il est sous cette forme complexe, que l’on appelle un disaccharide, le lactose ne peut pas traverser la barrière de l’intestin grêle. Pour traverser cette barrière et pouvoir être absorbé par le lactose, il doit d’abord être coupé en deux, grâce à une enzyme sécrétée par l’intestin grêle appelée la lactase. Ce découpage va permettre de relâcher la molécule de glucose et de galactose qui seules pourront être absorbées par l’intestin.
Le lactose est connu comme le sucre du lait car on le retrouve dans la composition du lait de tous les mammifères.

Claire Hédon : Comment arrive-t-on à l’intolérance au lactose et quels en sont les symptômes ?

L’intolérance au lactose apparait lorsque l’organisme fabrique moins de lactase. En effet, lorsque la fabrication de l’enzyme qui permet la digestion du lactose diminue partiellement, alors, le lactose non digéré va continuer son chemin vers le colon et, sous l’action des bactéries, va fermenter. L’intolérance au lactose va entrainer des ballonnements, des flatulences et peut aller jusqu’à provoquer des diarrhées.
Mais attention, nos auditeurs et auditrices doivent bien savoir qu’il n’y a pas forcément un lien direct entre baisse de la production de lactase et apparition de symptômes gênants. En effet, les gênes occasionnées vont dépendre de 3 choses : l’ampleur de la baisse de production de la lactase, la quantité de lactose consommé à travers la consommation de lait et d’autres produits contenant du lait et enfin de la capacité de la flore bactérienne du colon à traiter le lactose non coupé et digéré dans l’intestin.

Claire Hédon : Comment peut-on prendre en charge cette intolérance au lactose ?

Stéphane Besançon : Le premier cas, qui est relativement rare, est une intolérance au lactose très très forte qui, en général, va imposer une diététique sans lactose. Il faudra alors adopter un régime avec du lait et du yaourt délactosés (qui peuvent être difficiles à trouver et chers dans certains pays), du fromage à pâte ferme, pressé comme la tomme (qui ne contient pas de lactose) et enfin de produits de substitution faits à base de soja ou d’amandes. Il reste cependant une complication car aujourd’hui l’industrie agroalimentaire utilise du lactose dans de nombreux produits transformés comme les jus de fruits, les produits de boulangerie, les céréales du petit déjeuner ou encore comme excipients dans différents médicaments.
Dans des situations où la personne ne peut pas contrôler ce qu’elle va manger il existe des comprimés apportant de la lactase synthétique qui permettra d’assurer une digestion normale.
Enfin, pour la grande majorité des personnes intolérantes au lactose si la consommation de lactose ne dépasse pas 12g par jour soit l’équivalent de 250 ml de lait, les personnes ne vont pas ressentir de symptômes. Il faut donc surtout contrôler la quantité de lactose ingéré chaque jour.

Claire Hédon : Quels conseils peut-on donner à nos auditeurs et auditrices qui ne présentent pas une intolérance sévère et qui doivent juste contrôler la quantité de lactose ingéré ?

En premier lieu, il faut bien leur rappeler qu’il est possible de continuer de consommer du lactose à conditions de suivre quelques conseils diététiques :
– Il faut consommer des yaourts et des laits fermentés qui contiennent des bactéries actives qui vont transformer une partie du lactose en acide lactique et libérer de la lactase au cours du passage dans le tube digestif ;
– Il ne faut pas consommer de lait à jeun ou en dehors des repas pour éviter de les consommer lorsque la vidange gastrique est rapide ;
– Il faut favoriser la consommation de laitages et de yaourts à la fin des repas de manière à retarder la vidange gastrique qui va améliorer la tolérance au lactose ;
– Enfin, il faut consommer des fromages à pâte ferme pressés qui ne contiennent pas de lactose comme la tomme par exemple.

Source: RFI

Pin It on Pinterest