Les développeurs quittent les montres connectées

Plusieurs grands éditeurs comme Google, Amazon et eBay ont retiré la prise en charge de l’Apple Watch de leurs applications. Un signe de mauvais succès.

Les montres connectées semblent avoir du mal à trouver leur public. Et généralement, les usages de ces dernières sont assez basiques. Du coup, les applications tierces commencent à prendre du plomb dans l’aile et certains éditeurs les suppriment, purement et simplement. Un signal très négatif envoyé en direction des potentiels acheteurs de montres connectées.

L’Apple Watch se prend une claque

C’est Apple qui en fait les frais de la manière la plus visible. Si les développeurs se sont finalement peu intéressés à Android Wear ou aux montres de Samsung, ils se sont rués sur watchOS, la plateforme de l’Apple Watch. Alors forcément, quand Google supprime la version ultra mobile de Google Maps, ça fait tache. Amazon et eBay ont suivi le même mouvement, ainsi que Target, une grande chaîne de magasin fourre-tout américaine.

Un problème de plateforme, ou d’application ?

Il est clair qu’un objet aussi petit qu’une montre connectée se prête à des usages différents de celui d’un smartphone. Apple, comme beaucoup d’autres, met en avant trois fonctionnalités pour sa montre : l’heure, forcément, avec une myriade d’options de personnalisation; la gestion des notifications et le suivi d’activité. Et les utilisateurs de montres connectées en ont, à peu près, le même usage.

Est-ce des applications comme eBay ou Amazon ont vraiment leurs places sur nos poignets ? La question se pose, alors que l’objet a principalement été conçu pour des interactions rapides. Il est donc logique de voir une « sélection naturelle » s’opérer sur ce genre de produits, avec les usages les plus adaptés qui ressortent, et les moins pertinents périssent au fond des classements.

Une première génération à bout de souffle

Le problème tient aussi autour de l’appareil en lui même. L’Apple Watch de première génération souffre d’un processeur extrêmement lent, qui rendait compliqué l’usage d’applications tierces. Certes, la nouvelle version sortie en septembre dernier est bien plus coriace, mais toutes les montres pommées vendues entre avril 2015 et septembre 2016 tirent toujours la patte et se retrouvent à bout de souffle à la moindre sollicitation un peu plus poussée qu’une consultation d’heure ou de notification.

Source: RTBF

Pin It on Pinterest