Les dangers de la pornographie sur internet pour les adolescents

Les adolescents sont exposés de plus en plus jeunes à des images pornographiques sur internet. Parfois dès l’enfance et l’âge de 6 ans. Une tendance dangereuse.
Avec l’apparition des tablettes et smartphones, en quelques clics, tout le monde peut avoir un accès illimité et gratuit à des sites pornographiques. Y compris les plus jeunes. À la sortie des collèges et lycées parisiens, la plupart des élèves confient avoir déjà regardé des films pornographiques.

« Je pensais que ça devait ressembler à un film porno »
« On a commencé plutôt jeune à l’époque où on a une curiosité qui se développe, au début du collège », confie à BFMTV une jeune parisienne. Elle pensait alors que les images étaient représentatives de la sexualité des adultes. « Je pensais que ça devait ressembler à un film porno », assure-t-elle. « Moi, c’était plus vers 10 ans », ajoute une autre.

En France, l’âge moyen de la première exposition à la pornographie est de 10 ans. Certains consultent même ces images dès l’âge de 6 ans. Selon une enquête menée par une société d’antivirus, 10% des visiteurs de sites pornographiques dans le monde seraient ainsi âgés de moins de 10 ans.

Inacceptable pour Israël Nisand, chef du service gynécologique des hôpitaux de Strasbourg et président du collège national des gynécologues et obstétriciens français, qui lutte contre cette tendance.

« Perturber la création de leur être sexuel »
Devant une centaine de collégiens scolarisés en classe de 3e dans un établissement de Strasbourg, le médecin s’adresse aux jeunes sans tabou. Et évoque les préoccupations sexuelles des adolescents. La séance se termine par les questions des élèves, écrites de manière anonyme sur des petits morceaux de papier. Dans certaines de leurs interrogations, l’influence d’internet et des images pornographiques qui y circulent est évidente. Israël Nisand estime que les mots crus et les images choquantes représentent un danger pour les plus jeunes.

« Exposer les enfants à cela au moment où ils construisent leur fantasmagorie, c’est perturber la création de leur être sexuel », s’indigne-t-il pour BFMTV.

« L’accès à ces images qui ne leurs sont pas destinées »
Thérèse Hargot, sexologue, va même plus loin et dénonce une « culture pornographique » dans laquelle baigne les enfants dès le plus jeune âge à travers la télévision, la publicité ou les clips.

« La pornographie est devenue la référence, pointait-elle sur BFMTV. C’est le premier vecteur par lequel les adolescents entrent dans la question de la sexualité, je devrais même dire les enfants. Aujourd’hui, de plus en plus d’enfants ont accès à ces images qui ne leurs sont pas destinées. Ils ne sont pas bien protégés. »

Il est grand temps de prendre des mesures efficaces, estime ainsi Gordon Choisel, de l’association E-nnocence, qui lutte contre l’exposition des enfants à la pornographie en ligne. « On ne va pas laisser un enfant de 8 ans tout seul dans la rue, mais on le laisse seul sur Internet », analysait-il sur RMC, pointant la responsabilité des parents. Selon un sondage réalisé par l’association, moins d’un parent sur deux surveille ce que fait son enfant sur internet.

Source: BFMTV

Please follow and like us:
error

Pin It on Pinterest