Le PSG remporte la bataille de la marque « Ici c’est Paris »

Dans la bataille qui opposait le PSG à une association de supporters concernant l’usage de la marque « Ici c’est Paris », la justice a donné raison au club de la capitale.

Le Paris Saint-Germain a gagné jeudi son procès contre une association de supporteurs rassemblés autour de la marque « Ici c’est Paris », slogan né et scandé dans les gradins du Parc des Princes, selon un jugement consulté par l’AFP.

L’association Supras (contraction de supporters et ultras) Auteuil, aujourd’hui dissoute, avait déposé en 2008 la marque. Celle-ci reprend une phrase emblématique des supporters du club parisien, aujourd’hui détenue par l’association Défense des droits des supporters. La marque n’était pas exploitée. L’association avait effectué un dépôt de marque pour éviter que quiconque puisse exercer un monopole.

Les supporters vont interjeter appel

Le PSG avait alors proposé à l’association de lui racheter la marque pour 2 000 euros. Les discussions n’ayant pas abouti, le club a lancé une action devant le tribunal de grande instance de Paris en « déchéance de marque », afin de pouvoir l’exploiter. Le tribunal de grande instance de Paris a donné gain de cause au club, estimant dans son jugement que l’association de supporters ne justifiait pas de « justes motifs pour le non-usage » de la marque.

Constatant que le PSG commercialise depuis 2010 des produits dérivés – T-shirts, écharpes, casquettes – frappés du fameux « Ici c’est Paris », l’association avait en réplique assigné le club pour contrefaçon. Là aussi, le tribunal a tranché en faveur du club. Les juges ont estimé que le seul constat de procès-verbal, daté du 30 décembre 2015, n’était « pas suffisant pour apporter la preuve requise ».

L’association de supporters va faire appel, a annoncé à l’AFP son avocat, Me Jean Aittouares, qui s’apprête à envoyer un courrier au président de la République Emmanuel Macron et à la maire de Paris Anne Hidalgo afin de leur exposer qu’il est « dans l’intérêt de la ville et de l’Etat que cette marque ne soit pas accaparée par un opérateur privé ».

Source: BFMTV

Pin It on Pinterest