La graisse sur les cuisses est « meilleure que celle sur le ventre » pour les femmes plus âgées

Avoir plus de graisse sur les jambes qu’au niveau du ventre protège les femmes postménopausées des maladies cardiaques, selon une étude.
Les femmes d’un poids normal présentant le risque le plus élevé d’accident vasculaire cérébral ou de maladie cardiaque présentaient un taux plus élevé de graisse abdominale et le taux le plus faible de graisse des hanches et des cuisses, selon les recherches du European Heart Journal.
Les scientifiques ont dit que les femmes « en forme de pomme » devraient essayer de perdre la graisse du ventre et de devenir plus « en forme de poire ».

D’autres recherches sont nécessaires pour découvrir pourquoi ce lien existe, a déclaré un organisme dédié à la recherche sur le cœur.

Qu’ont fait les chercheurs ?

La recherche a suivi pendant 18 ans 2 600 femmes qui avaient un poids normal – avec un indice de masse corporelle (IMC) compris entre 18 et 25.
Elles participaient toutes à une importante étude américaine, la Women’s Health Initiative, qui a débuté au milieu des années 1990 et ont fait l’objet de scintigraphies régulières pour vérifier la densité des graisses, des muscles et des os.

L’étude a révélé que les femmes « en forme de pomme », avec plus de graisse autour du ventre, présentaient un risque de maladie cardiovasculaire plus de trois fois plus élevé que celles qui étaient « en forme de poire », avec de la graisse autour des hanches et des cuisses.

Ne sait-on pas qu’être « en forme de pomme », c’est mal ?
Les scientifiques savent déjà que le type de graisse stockée autour des organes abdominaux, appelée graisse viscérale, augmente le risque de problèmes métaboliques comme le diabète de type 2 et les maladies cardiovasculaires.
Les maladies cardiaques et circulatoires sont responsables d’un décès sur quatre au Royaume-Uni.
La raison pour laquelle la graisse des jambes peut être protectrice n’est pas bien comprise, mais elle ne cause pas de problèmes ailleurs dans le corps.

Malheureusement, un mode de vie malsain à l’âge adulte peut augmenter la graisse abdominale.
Mais le professeur Qibin Qi, du Albert Einstein College of Medicine de New York, qui a mené cette étude, a déclaré que les recherches antérieures s’étaient concentrées sur les personnes en surpoids ou obèses.

« Les participantes à notre étude étaient toutes des femmes de poids normal.
Ce message est donc très important : même pour les femmes ayant un poids corporel sain, la  » forme de pomme  » ou la  » forme de poire  » est toujours importante « , dit-il.

Que devraient faire les femmes ?
Le professeur Qi dit qu’il s’agit d’essayer de réduire la graisse du ventre.
Il a ajouté : « On ne sait pas s’il existe un régime alimentaire particulier ou de l’exercice qui peut aider à déplacer les graisses. Notre groupe travaille sur cette question et nous espérons avoir une réponse bientôt. »
En attendant, il a dit que les conseils habituels sur l’alimentation saine et l’exercice s’appliquaient.

Le Dr Sonya Babu-Narayan, directrice médicale associée à la British Heart Foundation, a déclaré : « Cette étude révèle un lien intéressant entre l’endroit où la graisse est stockée et votre risque de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral, mais ne peut nous dire pourquoi ce lien existe ».
« De futures recherches pour découvrir comment la distribution de la graisse corporelle est liée à ces maladies pourraient révéler de nouvelles façons importantes de prévenir et de traiter le plus grand tueur du monde », affirme-t-elle.

Source: BBC Afrique

Please follow and like us:
error

Pin It on Pinterest