La CEEAC veut rattraper son retard en matière d’intégration régionale

Région riche en pétrole, en minerais et en bois, l’Afrique centrale sur le plan de l’intégration africaine accuse cependant un grand retard par rapport à d’autres régions comme le Maghreb et l’Afrique de l’Ouest. Pour combler ce retard, un conseil des ministres de la région s’est tenu jusqu’à ce week-end à Libreville pour reformer la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC).

Ce n’est pas une honte, le secrétaire général de la CEEAC, Ahmad Allam-Mi, avoue que l’Afrique centrale est l’un des maillons faibles de l’intégration en Afrique. « La région Afrique centrale a connu beaucoup d’instabilité, tout cela a retardé le bon fonctionnement de la CEEAC. On ne pouvait pas atteindre les objectifs dans l’instabilité et l’insécurité que connaissait l’Afrique centrale, explique-t-il. La région est accidentée, il y a la forêt bien sûr, il y a des collines et pour construire des routes, c’est vraiment tout un problème ».

Les réformes en cours visent à doter la CEEAC de plus de moyens pour mettre en œuvre ses grands chantiers d’intégration. « Vous avez le pont rail entre Brazzaville et Kinshasa et vous avez l’axe routier Kinshasa-Brazzaville-Bangui, jusque Ndjamena », poursuit Ahmad Allam-Mi.

Le Gabon préside le comité de pilotage des réformes qui vont rendre la CEEAC plus robuste que jamais. Alain Claude Bilie By Nze, le ministre des Affaires étrangères gabonais est très optimiste. « Si tout va bien, la nouvelle CEEAC devra porter l’intégration, la libre circulation, dans une moyenne de 15 à 20 ans nous pensons pouvoir rattraper ce retard », affirme-t-il.

Une réunion des chefs d’État est attendue pour approuver ou non la nouvelle feuille de route. Il reste à savoir si tous les pays de la région vont enfin décider de payer régulièrement leurs contributions.

Source: RFI

Please follow and like us:
error

Pin It on Pinterest