Journée du divorce : que faire en cas de rupture ?

Certains couples mariés éprouvent un tel détachement émotionnel et sexuel qu’il en coûte plus cher à la relation que le divorce réel, disent les experts.

Des couples, dans le monde entier, évitent de discuter de la séparation , bien que le mal causé puisse dépasser celui du divorce.

La BBC a exploré des cas de couples connaissant un « vide émotionnel » et a demandé aux thérapeutes des moyens possibles de renverser la situation.

Désert conjugal
« Pour être honnête, je ne peux pas dire si je suis marié ou divorcé », explique Kamal*.

Le consultant londonien en télécommunications est marié à sa femme Thuraya depuis vingt ans et le couple a maintenant deux fils dans la vingtaine.

L’homme de 46 ans est un commentateur social et politique actif avec des centaines de followers sur Facebook, mais en parlant de sa relation avec sa femme, il dit que cela a « pris un tournant : de l’amour passionné à une sorte de respect mutuel comme vous trouverais entre deux collègues au travail ».

« Tout a commencé après la naissance de notre premier fils. Il semblait que l’attirance émotionnelle et sexuelle soit sortie par la fenêtre. C’est le cas depuis », dit-il.

« J’ai essayé de trouver des excuses quand elle a choisi de dormir séparément, même des mois après la naissance de notre fils. Je n’arrêtais pas de dire que ce devait être des hormones ou des sautes d’humeur post-natales.

« J’ai consulté des experts, d’autant plus que cela semblait durer. À la naissance de notre deuxième fils, elle ne semblait pas vouloir de contact émotionnel ou sexuel entre nous. »

Kamal se souvient de la façon dont elle lui a demandé une fois de « cesser d’agir comme un adolescent » quand il a parlé de la nécessité de la romance.

« Quand j’ai essayé de l’approcher, elle a dit que je devrais me comporter comme un père maintenant », ajoute-t-il.

« Thuraya pense qu’elle est l’épouse idéale parce qu’elle s’occupe des enfants et de la maison et des apparences d’une famille. Je pense qu’elle fait un très bon travail en tant que mère et femme au foyer – mais c’est tout. »

Indésirable
La frustration de Kamal s’est vite manifestée.

Il s’est senti indésirable et a commencé à prendre du recul.

Il se retirait souvent dans sa chambre et se consolait avec la compagnie virtuelle de centaines d’amis Facebook.

Parmi eux, les admiratrices ne manquent pas et trouvent ses réflexions intéressantes.

Il jouait parfois de son instrument de musique et le publiait sur sa page Facebook.

Lorsque davantage de « j’aime » sont arrivés, il « a recommencé à reprendre en confiance ».

Ce qui a commencé comme des commentaires et des goûts s’est rapidement transformé en « contact romantique et sexuel », dit Kamal.

« J’ai eu du mal à résister à de jolies jeunes femmes qui s’intéressaient à moi, à un moment où je me sentais mort émotionnellement et notre mariage sans vie. »

Kamal est sûr qu’il n’est pas seul dans cette situation : « Les gens peuvent me juger, mais je ne suis pas le seul. Il y en a beaucoup plus comme moi – des dizaines parmi mes connaissances. »

Il a développé une double vie de « père et mari parfait » à l’extérieur, alors qu’il a des relations plus « intimes » le week-end.

Plutôt que d’essayer de trouver des excuses, le sociologue Hamid al-Hashimi pense que cela servirait mieux Kamal « à discuter ouvertement de ses besoins et de la situation avec sa femme ».

« Il aurait dû lui dire ce qui se passeraient si on ne traitait pas le problème », dit al-Hashimi.

« Souvent, le meilleur moyen est de trouver un terrain d’entente; un compromis pour les deux parties, aidant à éviter les erreurs et le sentiment croissant d’aliénation. »

Al-Hashimi souligne que les deux parties sont en faute.

« La femme ne doit pas négliger la partie sexuelle et émotionnelle de tout mariage – quelque chose à la fois naturel et essentiel pour maintenir l’amour. »

Pour le thérapeute et conseiller Amal al-Hamed, il est essentiel que les gens cessent de dire « nous avons fait tout ce qui pouvait être fait ».

« Cela ne sert à rien de blâmer l’autre et de tomber dans le mode victime », dit-elle.

Elle conseille plutôt de penser aux bonnes choses, même aux souvenirs passés et aux moments où ils ont réussi à surmonter les difficultés ensemble.

« Chacun devrait essayer de prendre l’initiative dans la relation. La positivité est contagieuse », ajoute-t-elle.

Sentiment de culpabilité
Mitra et Rustam sont un couple iranien d’une quarantaine d’années.

ls vivent avec leurs deux filles adolescentes à Birmingham depuis 2005.

Il y a dix ans, Mitra a été diagnostiquée d’un cancer du sein suivi d’un cancer de l’utérus.

Cela lui a coûté un de ses seins, ses ovaires et son utérus. Cela a profondément affecté son énergie et augmenté son anxiété.

Les opérations ont presque coupé sa libido, dit-elle. « Maintenant, ma seule fenêtre sur la vie est à travers mes filles. »

Elle ne pouvait pas le croire quand son mari a cherché l’amour ailleurs.

Quand elle a découvert ce qu’il faisait, elle lui a fait choisir entre elle et l’autre femme. Il l’a choisie car « il savait qu’il perdrait aussi ses filles s’il choisissait l’autre femme ».

« Si c’était l’inverse, je l’aurais soutenu jusqu’à la fin. Le mariage est pour le meilleur et pour le pire. Peut-être que les hommes devraient apprendre à être moins égoïstes », a-t-elle ajouté.

Pourtant, Mitra admet qu’elle ne peut pas répondre aux besoins de son mari et dit qu’elle se sent coupable.

« Pendant ce temps, je ne peux pas accepter qu’il m’abandonne. En tant que femme, je ne peux pas me sentir indésirable. »

Pour l’instant, Rustam trouve son seul réconfort dans les livres.

« A part son travail, il ne fait pratiquement rien d’autre. Il est toujours silencieux. Même sa fille dit qu’il est ennuyeux », explique Mitra.

Malgré le besoin désespéré de conseils conjugaux, beaucoup dans les communautés asiatiques et occidentales ont du mal à avaler la pilule.

Aide financière
Samar, 29 ans, a quitté la Syrie pour la Turquie en 2015 où elle a épousé un Turc pour échapper à « la vie d’une réfugiée, en particulier une femme réfugiée qui est souvent victime de harcèlement ».

Elle pensait que le mariage était « la seule solution décente » mais elle a été choquée de constater que la famille et le milieu social de son mari étaient très différents des siens.

« Ma vie entière consiste à prendre soin des enfants, de cuisiner et de nettoyer, et de répondre à ses demandes », a-t-elle déclaré à la BBC.

La seule raison pour laquelle elle reste mariée à un homme qui lui refuse « même des visites à des voisines, sauf s’il l’approuve », dit-elle, c’est le soutien financier qu’il lui offre, lui permettant de s’occuper de ses deux enfants.

« Si j’avais d’autres moyens, je ne resterais pas avec lui un jour de plus. Je n’ai jamais été traitée comme ça quand j’étais avec ma famille. Mon opinion, ma dignité, mes sentiments ne comptent pour rien ici. Ce n’est que du sexe à la demande qu’il recherche. »

Marié en secret
Rouj, d’Erbil, dit que son père, 60 ans, n’a pas couché avec sa mère, 47 ans, depuis des décennies.

Sa mère est consciente que son père « est secrètement marié à une autre femme », mais préfère garder le tout secret.

Elle ne pourrait pas supporter les ragots si on apprenait la situation.

« Mon père est un homme riche et c’est la seule raison pour laquelle une femme d’une trentaine d’années a accepté de l’épouser. Ma mère est forte et financièrement indépendante, mais elle ne veut pas parler ou demander le divorce afin de ne pas ternir notre réputation. Elle veut garder sa fierté « , dit Rouj.

Sa mère souffre émotionnellement depuis des années mais elle garde le secret parce qu’elle ne veut pas avoir l’air pathétique, dit Rouj. Elle prétend qu’elle va bien et qu’elle est heureuse, mais en réalité, elle est profondément triste.

Sa mère a refusé de demander un avis juridique parce qu’elle voulait garder l’autre mariage de son mari secret.

Un retour possible
Le conseiller al-Hamid considère que le désir des deux parties de réparer les choses est la seule issue.

« Si l’un d’eux marginalise l’autre ou l’offense, les choses ne feront qu’empirer. Ils ont besoin de parler ouvertement et de choisir leurs mots avec soin. Sinon, ils sont totalement séparés. »

Parfois, soutient al-Hamid, une partie essaie de changer les choses tandis que l’autre s’accroche au statu quo, frustrant toute tentative de changement.

Afin de surmonter les difficultés, les deux partenaires doivent apprendre à ne pas laisser les choses s’accumuler. Ils devraient parler fréquemment, en utilisant les bons termes afin de ne pas offenser, ajoute al-Hamid.

Cela aide toujours à initier ce changement, dit-elle.

« Si le mari ne surprend pas sa femme avec un cadeau, elle peut, elle, être la première à le faire. Prendre des initiatives peut engendrer du positif », dit-elle.

« Le plus important n’est pas d’abandonner, mais de continuer d’essayer », conclut-elle.

Source: BBC Afrique

Please follow and like us:

Pin It on Pinterest