JO : en attendant 2024, Paris se métamorphose en un immense terrain de sport

Les 23 et 24 juin, Paris célébrera les Journées de l’olympisme grâce à un parc olympique éphémère en plein cœur de la ville. Un avant-goût de 2024 ?

Une piste d’athlétisme flottant sur la Seine en plein centre-ville ? C’est un des événements prévus pour promouvoir l’olympisme dans la capitale le 23 juin. Ce même jour, mais en 1894, le baron Pierre de Coubertin créait le Comité international olympique au grand amphithéâtre de la Sorbonne. Depuis, la date est devenue Journée de l’olympisme. Et cette année, en pleine attribution des Jeux d’été de 2024, la capitale lui donne un lustre particulier.
La ville, le Comité national olympique sportif français et Paris 2024 se sont associés depuis six mois pour organiser l’événement tout au long du week-end. « C’est une démonstration de la ferveur des Parisiens pour les Jeux olympiques avant le vote final du CIO », explique Jean-François Martins, adjoint à la mairie de Paris, au Point. Au programme, une trentaine d’activités olympiques et paralympiques dispersées au cœur de Paris seront proposées gratuitement au grand public. L’adjoint à la mairie de Paris précise que la journée mobilisera 300 athlètes et 2 500 personnes. Voici les activités les plus insolites.

La Grande Traversée

Tony Estanguet, triple champion olympique de kayak, aura l’occasion de conduire une descente en kayak avec à ses côtés entre 150 et 300 kayakistes. Au départ du Stade de France, ils traverseront le canal de Saint-Denis, le canal Saint-Martin, le port de l’Arsenal, pour arriver sur la Seine, aux Invalides. Une base nautique éphémère prendra place entre le pont de Sully et le pont Saint-Louis. Ils rejoindront alors les initiations à la voile et à l’aviron encadrées par des éducateurs diplômés des fédérations françaises de chaque discipline. À l’arrivée de la grande traversée avant d’aller à la base nautique, Tony Estanguet rejoindra la maire de Paris pour inaugurer la Journée olympique avec la participation d’athlètes de haut niveau comme Teddy Riner, Sarah Ourahmoune et Nantenin Keïta.
Une piste d’athlétisme sur la Seine

Entre le pont des Invalides et le pont Alexandre-III, une piste de 156 mètres de long et 15 mètres de large prendra place pendant les deux jours. Inspirée du ponton flottant sur le lac d’Iseo en Italie, elle accueillera démonstrations sportives et performances culturelles. Quatre-vingt-seize pontons de 12 mètres de long, une trentaine de « corps morts » de deux tonnes chacun et des bouées viendront solidifier la structure. L’accès sera autorisé au public qui pourra déambuler sur la piste et avoir l’occasion de marcher sur la Seine. Athlétisme paralympique, tir à l’arc ou escrime, plusieurs activités seront proposées à tous. « Paris va se métamorphoser en un gigantesque terrain de sport et en un véritable espace de célébration des valeurs de l’Olympisme », affirme Anne Hidalgo.
2 024 kilomètres ou 17 mètres ?

La Française des jeux organise le 24 juin la clôture des Journées olympiques. Pour ça, une performance sportive de 2 024 kilomètres sera au menu. Tous les volontaires pourront participer au défi en s’inscrivant gratuitement. Des coureurs éparpillés dans la ville réaliseront au total 1 477 kilomètres. À côté des coureurs, 24 cavaliers parcourront 20 kilomètres du château de Versailles jusqu’au pont-Alexandre III, encadrés par la garde républicaine. Enfin, les cyclistes du vélodrome installé au pied de l’Arc de Triomphe réaliseront ensemble 527 kilomètres. Un total de 2 024 kilomètres, clin d’œil à la date des JO qui pourraient se dérouler à Paris à la suite du double vote qui aura lieu en septembre par le CIO.
Installé sur le pont Alexandre-III, un plongeoir accueillera des démonstrations de plongeon à 12 mètres par des athlètes olympiques et des exhibitions de haut vol à 17 mètres au-dessus de la Seine, un spectacle qui risque d’être impressionnant.

Source: Lepoint

Pin It on Pinterest