« J’ai tout perdu »: la détresse des parents d’ados morts électrocutés dans leur bain à cause de leur portable

Dimanche, une adolescente de 15 ans est morte électrocutée dans son bain alors qu’elle utilisait son téléphone portable, branché au secteur. Ce cas n’est pas isolé, depuis 2017 ces accidents se multiplient, et des parents endeuillés s’alarment.
Après la mort de leur enfant, des parents tirent la sonnette d’alarme concernant l’utilisation des téléphones portables dans les salles de bain. Dimanche à Marseille, Tiffen, 15 ans, est morte électrocutée par son smartphone dans son bain. L’appareil était branché au secteur, rapporte La Provence. C’est son père, Serge, qui a découvert sa fille inanimée avant de la transporter aux urgences de la Timone, en vain.

Submergé par l’émotion, il pousse un cri d’alarme.

« Les gamins ont leur téléphone 24 heures sur 24 donc ils trouveront toujours l’excuse pour entrer dans une salle de bain avec leur smartphone, admet-il au micro de BFMTV. Il faut donc faire des téléphones ou des chargeurs qui sont capables de disjoncter quand ils sont en contact avec l’eau, je pense qu’on évitera beaucoup de choses. »

« Elle avait les yeux ouverts dans l’eau »
Car ce drame n’est pas isolé. Il y a deux mois, le temps s’est arrêté pour Nabia, la maman de Kamila. Le 15 décembre dernier, sa fille de 9 ans prenait un bain en écoutant de la musique sur son téléphone, relié au chargeur branché à une prise à proximité.

« J’ai juste entendu le bruit ‘aïe’ et quand je suis allée la voir, elle avait les yeux ouverts dans l’eau », raconte-t-elle, bouleversée, à BFMTV.

Le téléphone portable de Kamila, toujours branché, avait glissé au fond de la baignoire. L’autopsie pratiquée sur son corps a confirmé la mort par électrocution.

« Elle était joyeuse, c’était le rayon de soleil de la maison. J’ai tout perdu », livre sa mère, en larmes.

Des accidents similaires observés depuis 2017
Au cours des quatre derniers mois, quatre personnes sont mortes dans des circonstances identiques en France. Et depuis quelques années déjà, ce genre d’accidents se multiplient, « surtout chez les 16-25 ans », observe Jérôme Koenig, directeur général adjoint de l’association Promotelec, spécialisée dans la sécurité de l’habitat. Si bien qu’en 2018, la Direction générale de répression des fraudes avait lancé une première alerte.

« La DGCCRF a été informée de plusieurs décès par électrocution (survenus depuis 2017, ndlr) liés à l’utilisation de téléphones portables dans la salle de bain. Dans un cas, la victime utilisait son téléphone, branché sur le secteur, alors qu’elle était dans sa baignoire. Dans deux autres cas, les victimes étaient en train de brancher le chargeur de leur téléphone, en ayant les mains mouillées et/ou les pieds dans l’eau », écrivait alors l’organisme rattaché au ministère de l’Economie.

Pour Jérôme Koenig, ces accidents « prouvent que les règles liées à la sécurité électronique sont encore méconnues. Certes, un portable en lui-même n’est pas dangereux avec sa batterie de 7 volts. Mais dès qu’il est branché au secteur, il atteint les 230 volts. On l’oublie trop souvent », déplore-t-il, interrogé par BFMTV.com.

« Recharger son téléphone hors des pièces humides »
Pour éviter que de tels drames se reproduisent, la DGCCRF recommandait dans sa campagne de 2018 de « ne pas utiliser dans la baignoire ou sous la douche un appareil électrique branché sur le secteur, y compris un téléphone étanche résistant à l’eau ». Une mise en garde qui n’a pas empêché pour autant l’enchaînement de ces accidents. Aujourd’hui, les parents des victimes réclament une campagne nationale d’information et des obligations de sécurité renforcées pour les constructeurs de smartphones.

De son côté, l’association Promotelec réfléchit à lancer une campagne de sensibilisation, adressée aux jeunes, en passant par les réseaux sociaux. Et d’insister:

« Il faut toujours recharger son téléphone en dehors d’une pièce humide. »

Source: BFMTV

Please follow and like us:

Pin It on Pinterest