Iran: Rohani rejette les accusations de Trump et dénonce l’attitude de Riyad

Le président iranien Hassan Rohani a répondu ce lundi 22 mai aux attaques des Etats-Unis et de l’Arabie saoudite en dénonçant le « show » sans « aucune valeur politique » du sommet dimanche à Riyad entre le président Donald Trump et des dirigeants arabes.

« La réunion en Arabie saoudite était un show qui n’a aucune valeur politique, ni concrète, l’Arabie saoudite a déjà organisé de tels shows par le passé », a déclaré Hassan Rohani, lors de sa première conférence de presse depuis sa réélection vendredi 19 mai pour un second mandat de quatre ans.

Il a rejeté les accusations de soutien au terrorisme formulées contre l’Iran par Donald Trump et le roi Salman d’Arabie saoudite à l’ouverture du sommet de Riyad. La République islamique d’Iran n’avait pas été conviée au sommet et le président Trump a même demandé à toutes les nations de « l’isoler ».

« Ceux qui ont soutenu les terroristes ne peuvent pas les combattre »

« Ceux qui ont lutté contre les terroristes sont les peuples irakien, syrien. Les conseillers militaires iraniens les ont aidés […] et vont continuer à le faire », a affirmé Hassan Rohani, qui a également défendu le Hezbollah libanais.

« Ceux qui ont soutenu les terroristes ne peuvent pas les combattre », a en revanche accusé M. Rohani. « Je ne pense pas que le peuple américain oubliera le sang versé le 11 septembre », a-t-il poursuivi, faisant référence aux attentats de 2001 aux Etats-Unis, où 15 des 19 pilotes qui avaient détourné les avions ayant tué quelque 3000 personnes étaient des Saoudiens.

Il a aussi critiqué le contrat de 110 milliards de dollars conclu entre Washington et Riyad pour l’achat des armes. « Vous ne pouvez pas résoudre le problème du terrorisme simplement en donnant à une superpuissance l’argent de votre peuple », a affirmé le président iranien faisant allusion à Donald Trump.

« Nous ne demanderons la permission à personne » pour des tests de missile

Il a aussi rejeté tout arrêt des tests de missiles comme l’ont demandé les Etats-Unis et l’Arabie saoudite, rapporte notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi. Il a annoncé que son pays poursuivrait ses essais de missiles « si nécessaire ».

« Sachez que lorsque nous aurons besoin techniquement de faire des tests de missile nous le ferons et nous ne demanderons la permission à personne », a par ailleurs déclaré le président iranien. « Nos missiles sont pour notre défense et pour la paix, ils ne sont pas [faits, NDLR] pour agresser ».

Source: RFI

Pin It on Pinterest