Indonésie: arrestation de 141 hommes soupçonnés de participer à une fête gay

La police indonésienne a procédé, dimanche 21 mai, à une descente dans un immeuble de Jakarta abritant une salle de gym et un sauna. Elle a interpellé 141 hommes soupçonnés de participer à une fête gay. Cette arrestation est un nouveau signe de la répression subie par la communauté homosexuelle dans ce pays à majorité musulmane. Pourtant, l’homosexualité est légale partout en Indonésie, sauf dans la province conservatrice d’Aceh, qui applique la loi islamique.

Si l’homosexualité est légale en Indonésie, dix hommes interpellés dimanche pourraient être poursuivis aux termes de la loi antipornographie. Ils sont en effet soupçonnés de se prostituer ou d’être des stripteasers, ce qui est passible de 10 ans de prison. Les autres personnes arrêtées dimanche, elles, étaient entendues par les policiers en qualité de témoin.

Depuis quelque temps, l’hostilité contre la petite communauté lesbienne, gay, bisexuelle et transgenre (LGBT) d’Indonésie va croissant. Des ministres, des conservateurs et des groupes islamistes se sont livrés publiquement à des propos homophobes.

Des élites politiques intolérantes

Selon Kyle Knight, chercheur au sein de la division LGBT de Human Rights Watch, l’Indonésie n’est pas intolérante vis-à-vis des homosexuels, il s’agit plutôt du fait de quelques-uns de ses dirigeants : « Je pense que la majorité des Indonésiens se fichent d’avoir des voisins homosexuels ou transgenres. Tout a commencé en janvier 2016, quand certains membres du gouvernement ont lancé une campagne médiatique contre la communauté LGBT qu’ils accusent de menacer la moralité nationale. Donc je pense que c’est l’œuvre de quelques politiciens qui ne sont plus en phase avec ce que pense la majorité des Indonésiens. »

« Ils profitent d’une population marginalisée et incomprise au lieu de laisser les choses telles qu’elles étaient, c’est-à-dire plutôt tranquilles, et au lieu de défendre les droits basiques de cette communauté, à savoir sa sécurité et sa liberté d’expression, regrette-t-il. Cette violence contre les LGBT est l’expression des opinions intolérantes et sectaires de quelques membres du gouvernement, et cela dure depuis un an. Et ce qui s’est passé hier avec le raid à Jakarta, ce n’est pas seulement négatif pour la communauté LGBT, ça l’est pour tout le pays. »

En début de mois, huit hommes avaient été arrêtés à Surabaya, pour avoir organisé une fête gay, et pourraient subir les foudres de la loi sur la pornographie. La semaine dernière, deux hommes avaient été condamnés à recevoir des coups de canne en public, à Aceh, pour avoir entretenu des relations sexuelles.

Source: RFI

Pin It on Pinterest