Haïti: un autobus fonce accidentellement sur une foule, lourd bilan

Un autobus a foncé accidentellement sur une foule ce dimanche matin dans la ville des Gonaïves à 150 km au nord de la capitale. Le bilan provisoire fourni par la protection civile haïtienne est lourd : 38 morts et 13 blessés graves.

L’accident s’est produit tôt dans la matinée, un peu avant 4h00 du matin. L’autobus, parti du Cap-Haïtien, sur la côte nord du pays, a tout d’abord heurté deux piétons, en en tuant un sur le coup. Le chauffeur a alors pris la fuite et c’est dans cette course que le drame est arrivé.

Le véhicule s’est retrouvé face à trois bandes de raras, des musiciens à pied qui jouaient sur la route nationale et n’a pas pu ni les éviter ni freiner. Trente-trois personnes ont été tuées.

Un peu avant 4h du matin, le bruit de l’accident a réveillé George-Annie Dalius, sa maison étant au bord de la route nationale numéro 1 : « Les gens étaient éparpillés au sol. Il y avait beaucoup de sang. [Certains] avaient le crâne ouvert. Un peu plus haut sur la route, j’ai vu 21 morts. Devant ma maison, il y avait quatre corps de couchés. Un blessé a été amené à l’hôpital. Les autres sont restés à terre. »

Les secours sont rapidement arrivés sur place pour évacuer les blessés vers l’hôpital de Gonaïves.

« Il ne nous a pas vus »

Sur place, les survivants de l’accident sont encore sous le choc. Jean Renald Edouard n’a rien vu venir : « On était dans la bande, on prenait du plaisir. Et puis le bus est passé, a commencé à écraser les gens. Il m’a heurté à la hanche et je suis tombé. J’ai vraiment mal à la taille et au thorax, je ne peux plus m’asseoir. Il ne nous a pas vus, il n’avait pas les grands phares d’allumés. »

La police a aussi été dépêchée sur les lieux de l’accident, car de colère, la population de la zone et surtout les personnes qui ont échappé à cet accident ont tenté d’incendier le bus avec ses passagers à l’intérieur. Le véhicule et tous ses occupants ont été placés en sécurité dans le commissariat de la ville et la situation est pour l’heure selon les autorités redevenue calme.

Une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances de l’accident mais il semblerait qu’après avoir renversé le premier piéton, le conducteur du bus ait décidé d’éteindre ses phares pour ne pas être pourchassé. En Haïti, nombreux sont ceux à commettre des délits de fuite par peur d’être lynché par les riverains voulant obtenir justice.

Source: RFI

Pin It on Pinterest