Gold Cup: les Etats-Unis sacrés pour la 6e fois

Les Etats-Unis ont remporté pour la sixième fois de leur histoire la Gold Cup en battant la Jamaïque 2 à 1 en finale, mercredi à Santa Clara (Californie).

Les Etats-Unis ont ouvert la marque par Jozy Altidore sur un superbe coup-franc direct de plus de 30 m à la 45e minute.

Mais la Jamaïque a répliqué dès le début de la seconde période (50) par Je-Vaughn Watson qui a surpris la défense américaine sur un corner rapidement tiré.

La finale s’est décidée à la 88e minute lorsque les Etats-Unis ont repris l’avantage et brisé la résistance jamaïcaine grâce à Jordan Morris qui a repris victorieusement un ballon mal dégagé par la défense adverse.

“Team USA” succède au palmarès de l’épreuve-phare de la zone Concacaf (Amérique du nord, Amérique centrale et Caraïbes) au Mexique, éliminé en demi-finales par la Jamaïque (1-0).

La sélection dirigée par Bruce Arena a signé son 14e match sans défaite, sa plus longue série d’invicibilité depuis 2005.

Arena, qui a succédé à Jürgen Klinsmann limogé en novembre 2016 après une déroute 4 à 0 face au Costa Rica en éliminatoires du Mondial-2018, n’a pas encore connu la défaite depuis sa prise de fonction.

Son équipe, très séduisante en demi-finales contre le Costa Rica (2-0), a dominé la finale, mais s’est heurté à l’excellente organisation défensive des “Reggae Boyz”.

Il a fallu attendre la 19e minute pour que les Etats-Unis s’offrent une occasion nette de but pas Altidore, mais son tir de 25 m a été détournée par Andre Blake.

Le gardien de but jamaïcain, très en vue depuis le début du tournoi, a ensuite télescopé un joueur américain et a dû quitter, blessé à la main droite, ses coéquipiers.

Malgré ce coup du sort, la Jamaïque a tenu la dragée haute pendant 88 minutes, avant de céder devant Morris, avec son troisième but du tournoi.

“Il faut rendre hommage à la Jamaïque, ils ont réalisé une super finale, un super tournoi, mais on a réussi à trouver l’ouverture”, a-t-il expliqué.

“Ce titre est très important pour ce groupe de joueurs, on va pouvoir penser avec confiance à la prochaine échéance”, la reprise début septembre des qualifications pour le Mondial-2018, a apprécié Michael Bradley, le capitaine des Etats-Unis.

Source: RFI

Pin It on Pinterest