France: des disparus après l’effondrement de trois immeubles à Marseille

Deux immeubles se sont effondrés lundi 5 novembre dans le centre-ville de Marseille (Bouches-du-Rhône) et la chute d’un troisième a été provoquée plus tard par les pompiers. Deux passants ont été légèrement blessées et au moins sept personnes habitant un des bâtiments étaient « récensées manquantes », selon le président de la Région Provence-Alpes-Côte-d’Azur Renaud Muselier. Les fouilles doivent se poursuivre toute la nuit à la recherche d’éventuelles victimes dans les décombres.

La ville retient son souffle pour savoir : des personnes sont-elles ensevelies ? Les appartements ne sont plus qu’un tas de gravats déblayés par les pompiers. Les services du préfet de police Olivier de Mazières recherchent par d’autres moyens les occupants des lieux. « On est en train, en parallèle, de faire le recensement des individus et des familles connues comme habitant dans cet immeuble et s’assurer qu’elles étaient bien à l’extérieur au moment de l’effondrement », dit-il.

Il s’agit d’un secteur pauvre de la ville, avec des bâtiments connus pour leur vétusté par tout le voisinage. « C’est toute la rue, lance un habitant. Si vous passez dedans, vous voyez les immeubles et cela saute aux yeux : ils sont tous fissurés, le ciment est décrépi, toutes les parties en bois sont pourries… Donc non, ça ne m’étonne pas, j’ai toujours vu la rue d’Aubagne comme ça. »

Les voisins sont scandalisés par l’état de délabrement du quartier, à l’image de Frédéric. « Ce n’est pas faute d’avoir signalé à la Mairie, mais rien n’est fait. On voit bien qu’il n’y a aucune volonté et après, évidemment, les marchands de sommeil, ça ne dérange personne. Il suffit de taper aux portes pour se rendre compte des situations abominables que vivent les gens dans ces immeubles de la rue d’Aubagne. »

Les secours craignent désormais un effet domino avec d’autres effondrements. Dans un périmètre proche, les habitants ne peuvent pas encore regagner leur domicile et font l’objet de mesures de relogement.

Le ministre du Logement Julien Denormandie s’est rendu cet après-midi sur place, ainsi que des personnalités politiques, dont le maire Jean-Claude Gaudin et le député Jean-Luc Mélenchon. Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner était attendu dans la soirée.

Le président Macron a évoqué le drame en préambule de son intervention lors d’un forum économique à Pont-à-Mousson.

« Permettez-moi, depuis Pont-à-Mousson, de commencer par une pensée pour Marseille. »Emmanuel Macron, chef de l’Etat.

Source: RFI

Please follow and like us:

Pin It on Pinterest