Football : les supporters connaissent des niveaux de stress « dangereux »

Selon les recherches, les fans de football subissent un stress physique si intense lorsqu’ils regardent leur équipe qu’ils pourraient s’exposer à un risque de crise cardiaque.

L’étude d’Oxford a testé la salive des supporters brésiliens lors de leur défaite historique contre l’Allemagne à la Coupe du monde de 2014.

Elle a révélé que les niveaux de cortisol, une hormone, avaient grimpé en flèche lors de la défaite 7-1 à domicile en demi-finale.

Cela peut être dangereux, en augmentant la pression sanguine et en sollicitant le cœur.

Les chercheurs n’ont constaté aucune différence de niveau de stress entre les hommes et les femmes pendant le match, malgré les idées préconçues selon lesquelles les hommes sont plus « liés à leur équipe de football ».

Une catastrophe imminente
« Les supporters qui sont très attachés à leur équipe, c’est-à-dire qui ont le sentiment de ne faire qu’un avec elle, ressentent le plus grand stress physiologique lorsqu’ils regardent un match », a déclaré le Dr Martha Newson, chercheur au Centre d’étude de la cohésion sociale d’Oxford.

« Les supporters plus occasionnels subissent également un stress, mais pas de façon aussi extrême », explique-t-il.

Des niveaux élevés et prolongés de cortisol peuvent :

resserrer les vaisseaux sanguins
augmenter la pression sanguine
endommager un cœur déjà affaibli
Le cortisol élevé peut également donner aux gens un sentiment de malheur imminent, que leur vie est en danger ou qu’ils sont attaqués.

Des recherches antérieures ont montré une augmentation des crises cardiaques chez les fans les jours de matchs importants, qu’il s’agisse de supporter un club ou un pays.

Un match éprouvant
Dans leur étude, les chercheurs de l’Université d’Oxford ont suivi les niveaux de cortisol dans la salive de 40 fans avant, pendant et après trois matchs de la Coupe du monde.

La plus stressante a été de loin la demi-finale.

« C’était un match déchirant – tant de gens sont sortis en sanglotant », a déclaré le Dr Newson à BBC News.

Mais les fans avaient utilisé des stratégies d’adaptation telles que l’humour et les câlins pour réduire leur stress, le ramenant au niveau d’avant match au coup de sifflet final.

Le Dr Newson a suggéré que les stades baissent les lumières et jouent de la musique calmante après les matchs.

« Les clubs pourraient proposer des dépistages cardiaques ou d’autres mesures de santé aux supporters très engagés qui courent le plus grand risque de subir un stress accru pendant le match », a-t-elle ajouté.

Source: BBC Afrique

Please follow and like us:

Pin It on Pinterest