ETERNELLE MAITRESSE

Maman était maitresse. Quand nous étions plus jeune, les copains de jeux nous le disaient dans le but de nous faire du mal. Nous n’avions pas, avec mes frères et soeurs, la connaissance de ce que cela signifiait. Il suffisait que nous soyions en conflit avec un camarade, il nous débitait cette parole comme s’il s’agissait d’une injure: « Avec votre maman qui est maitresse là! ».
J’ai longtemps cogité sur le sujet enfant. Je réfléchissais à chaque instant sur ce que cela voulait réellement impliquer. En grandissant, les choses se sont précisées et nous l’avons en famille intégré.

Quand elle était plus jeune, on nous raconte qu’elle était en rivalité avec l’épouse de notre père. Il y a toujours dans le sérail des tantes, une parmi elles qui sait narrer le passé de nos parents.

Elles avaient une belle histoire d’enfance, l’épouse légale de mon père et notre maman. Lorsque l’heure des choix est arrivée, l’époque des amours, il surfait sur les deux tableaux. Nous n’avons jamais eu la version réelle sur le positionnement de chacune. Certaines versions nous disaient que notre mère serait la première et l’autre se serait greffée une place entre eux. Evidemment, l’envers aussi place notre mère en seconde position. Dans tout ce manège à trois, mon père aura su y faire. Il s’en est sorti avec l’amour de deux femmes qui se sont guerroyer toute leur vie.

Le genre de choses qu’on refuse de savoir. Non pas par mauvaise foi, mais ce sont des sujets tabous et dérangeants. Lorsqu’on aime ses parents, on n’a souvent pas envie d’explorer les méandres et les estuaires de leur intimité. C’est aussi une preuve d’amour que de refuser d’être ne serait-ce que témoin auditif du passé de ses parents.
Même lorsque nous sommes témoins oculaires, il y a cette espèce de déni que nous nous imposons au nom de tout ce qui nous lient. Il faut bien que vie se fasse. Alors, tout le monde dans la cellule familiale se laisse vivre.

Il a fini par épouser cette femme. Lui l’homme d’état qui avait une puissante aura dans la capitale. Elle était enceinte de mon frère, et ma mère était également enceinte de moi. Nous sommes tous les deux, mon frère et moi, nés dans le même mois et dans la même année. Il parait que nos naissances, étaient une histoire de deux poids, deux mesures. Souffler le chaud sur une partie de la boussole, et obtenir le froid sur une autre partie. Que ce monde adulte est cruelle!

By Peck Peckisblackman Peck

Please follow and like us:

Pin It on Pinterest