Etats-Unis: les républicains présentent au Sénat leur réforme de l’Obamacare

Le Sénat a dévoilé ce jeudi son texte de loi sur la santé. Un texte tenu secret jusqu’au dernier moment et qui doit supprimer l’Obamacare. Les républicains espèrent avoir une majorité pour voter cette loi. Les démocrates sont sur le sentier de guerre, mais ils sont minoritaires, à deux voix près, et ne peuvent agir sans l’aide de membres du parti présidentiel.

Le texte de la nouvelle loi sur la santé est enfin public, 142 pages que les élus, les associations, et les professionnels de la santé ont commencé à décortiquer.

L’objectif des républicains est de faire des économies. Un but complexe à atteindre en respectant la promesse du président : la nouvelle loi sur la santé doit rendre les assurances sociales moins chères, sans diminuer la couverture.

Difficile de faire l’unanimité sur la couverture sociale. Difficile de satisfaire la droite extrême qui veut tout simplement retirer cette loi pour faire des économies, et les centristes qui ne souhaitent pas priver leurs administrés d’une assurance sociale qui permet enfin de se soigner.

Mitch McConnell, leader de la majorité conservatrice est sûr de lui : « Nous partageons l’essentiel des idées sur ce qui doit être accompli, et comment nous allons y arriver ».

Le parti de Donald Trump ne peut pas s’offrir plus de deux défections au Sénat et pour l’instant les républicains sont loin du compte. Les élus du Tea Party sont sortis du bois les premiers. Comme Rand Paul du Kentucky, ils ne voteront pas ce texte sans de profonds changements : « Nous n’avons pas l’argent pour étendre l’assurance gratuite des plus agés, sauf si on augmente les impôts au lieu de les diminuer. Il faut être honnête avec les gens. Nous n’allons pas payer pour garder des dispositions d’Obamacare. »

Le texte de loi réduit la couverture sociale des plus démunis et des plus âgés. Chaque Etat aura la possibilité de supprimer la maternité et la santé mentale dans les remboursements, et le planning familial ne sera plus financé, pendant un an pour commencer.

Les démocrates, comme leur leader Chuck Schumer, sont vent debout : « Le président avait trouvé le premier texte « méchant ». Ce deuxième texte est encore plus méchant. Le texte des républicains est un loup déguisé en agneau. Mais ce loup a des dents encore plus acérées que le précédent ».

Le débat ne fait que commencer au Sénat, où les républicains ont le plus de risque d’échouer à cause de leur très courte majorité. La Chambre des représentants doit voter cette loi dans les mêmes termes. Le Sénat espère trouver un consensus avant le grand week-end du 4 juillet. La Maison Blanche pourra difficilement digérer un deuxième échec sur une promesse emblématique de la campagne.

Source: RFI

Pin It on Pinterest