Espagne : le congé paternité passe de 5 à 8 semaines

En 2021 en Espagne, le congé paternité passera même à 16 semaines, rapporte « Le Figaro ». En France, il plafonne à 11 jours pour les pères.

Les Français ont de quoi jalouser leurs voisins espagnols. Depuis le lundi 1er avril, les pères espagnols ont vu leur congé paternité passer de cinq à huit semaines, tandis qu’en France il plafonne à onze petits jours, week-end compris. Les deux premières semaines devront être obligatoirement prises à la naissance, tandis que les six semaines restantes pourront être posées à la discrétion du père, explique LeFigaro, mardi 2 avril. Seule condition : elles doivent être prises l’année suivant la naissance. La mesure, votée à l’unanimité par le congrès des députés en juin 2018 pour « lutter contre les inégalités hommes-femmes », interdit cependant au père de donner son congé à la mère de l’enfant, explique le quotidien espagnol El País.

Et les Français n’ont pas fini de rager : il est en effet prévu que le congé paternité espagnol soit porté à 12 semaines en 2020 et 16 semaines en 2021, soit autant que le temps dont dispose la mère. En France, cela pourrait changer. Dans un récent rapport, l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) préconise en effet de porter ce congé à trois semaines, voire quatre, afin de favoriser l’« égalité professionnelle », explique Le Figaro. « Un allongement de sa durée serait de nature à renforcer ces bénéfices, à sécuriser la prise en charge de la mère et du nouveau-né dans les premiers jours du retour au domicile », insiste le document.

Sujet brûlant
Signe que le sujet passionne la société française : une pétition lancée par les collectifs Congé Parentégalité et Pour une parentalité féministe (PA.F) a réuni 160 signataires, dont le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez et l’ancienne patronne du Medef Laurence Parisot, pour réclamer l’instauration d’un congé paternité obligatoire, aligné sur le congé maternité. « En France, une salariée a droit à un congé maternité de seize semaines, dont huit obligatoires. Un salarié, lui, dispose d’un congé paternité facultatif de onze jours », rappelle cette pétition publiée le 22 septembre 2018 dans Le Parisien, jugeant que « l’organisation des congés “à la française” participe au maintien d’un système inégalitaire et patriarcal au travail, en biaisant les critères d’embauche et d’avancement ».

Source: Le Point

Please follow and like us:

Pin It on Pinterest