Égypte: le gouvernement veut freiner la croissance démographique

Les mesures sont d’abord économiques. Le Premier ministre a annoncé que les subventions et les pensions aux familles les plus pauvres seront dorénavant limitées à deux enfants pour les nouveaux-nés. Dans un pays où, selon les chiffres officiels, le taux de pauvreté est passé de 28 à 32 % de la population en 2018, la décision risque de faire très mal.

Les cartes de subventions permettent d’acheter à des prix très bas le pain et diverses denrées de première nécessité dont sera privé le troisième enfant. Les pensions aux plus défavorisées sont également concernées. Elles étaient calculées en fonction du nombre de membres de la famille. Dorénavant, le troisième nouveau-né n’aura pas de pension.

Une campagne de planning familial

Le planning familial avait été négligé au lendemain du soulèvement contre l’ex-président Moubarak en 2011 avant d’être pratiquement abandonné quand les Frères Musulmans ont pris le pouvoir. Il en avait résulté une explosion démographique avec une croissance de presque 3 % par an. Depuis trois ans, les cliniques de la famille – le mot planning a été effacé – ont vu leur budget plus que doubler et leur nombre s’accroître substantiellement.

Médecins et infirmiers prodiguent gratuitement des soins médicaux et surtout gynécologiques dans les quartiers populaires ou informels ainsi que dans les villages. Parallèlement, le gouvernement a lancé une politique favorisant l’emploi des femmes. Elle représente actuellement moins du quart de la main d’œuvre, partant du principe qu’une femme active fait moins d’enfants.

Une bombe à retardement

La croissance démographique est comparée, par les responsables, à une bombe à retardement qui peut faire autant de mal que le terrorisme. Selon les experts, il faut au moins deux points de croissance économique pour équilibrer un point de croissance démographique.

L’Égypte est aujourd’hui à 5,5 % de croissance économique. Même à 6 %, il faudra des années pour rattraper le retard et construire les écoles, les hôpitaux et les HLM nécessaires. La bonne nouvelle est que les mesures ont commencé à porter leurs fruits. En 2019 le nombre d’habitants a augmenté de moins de 2 % en Égypte.

Source: RFI

Please follow and like us:

Pin It on Pinterest