Donald Trump n’a pas le droit de bloquer ses détracteurs sur Twitter

Une cour d’appel a assuré ce mardi 10 juillet que le président américain n’a pas le droit de bloquer ses opposants sur Twitter.

Les magistrats confirment ainsi une décision prise l’an dernier par une juge fédérale qui avait estimé que le locataire de la Maison Blanche pratiquait de la « discrimination d’opinion » en empêchant ses critiques de s’abonner à son compte personnel. Le ministère américain de la Justice avait fait appel.

« Le premier amendement ne permet pas à un responsable gouvernemental qui utilise un compte sur les réseaux sociaux pour toutes sortes de raisons officielles d’exclure des personnes exprimant des opinions avec lesquelles ce responsable ne serait pas d’accord », écrit la cour dans son jugement.
Autrement dit, l’impétueux président américain n’aura plus le droit d’écarter de son fil Twitter ceux qui commentent ses innombrables messages en le traitant de tous les noms d’oiseaux.

Les avocats du ministère de la Justice ont tenté de faire valoir que sur Twitter le président agissait en son nom personnel et qu’il pouvait donc régenter son compte selon son bon vouloir. Mais la cour d’appel a rejeté cet argument. « La nature officielle du compte n’est pas une conviction, elle est une évidence », assènent les magistrats. De fait, le président utilise régulièrement son compte twitter suivi par près de 62 millions d’abonnés pour faire des annonces politiques importantes.
Les sept personnes bloquées par Donald Trump et qui sont à l’origine de ce procès vont pouvoir s’en donner à cœur joie et commenter leur victoire sous son dernier tweet.

Source: RFI

Please follow and like us:
error

Pin It on Pinterest